Barack Obama a accordé trois heures d'interview à CNN sur sa politique étrangère. Il laisse à son successeur quelques dossiers classés mais surtout des dossiers inachevés.

USA 2016 : Obama laisse à son successeur des dossiers inachevés
USA 2016 : Obama laisse à son successeur des dossiers inachevés © Reuters / Brendan McDermid

Après huit ans de mandat, Barack Obama se dit toujours partisan du rôle des Nations Unies. Il dénonce la politique de Donald Trump qui appelle au désengagement de l'Amérique face aux « coûts énormes » de l'alliance transatlantique et de l'ordre international. Prix Nobel de la Paix en 2009, Barack Obama avait promis une présidence basée sur la diplomatie et les négociations, pas sur la guerre. Il est pourtant loin de faire l'unanimité sur les dossiers internationaux. Obama est le président américain qui aura fait la guerre le plus longtemps.

►►►VOIR : Le dernier discours d'Obama devant les Nations Unies (en Anglais)

  • L'accord sur le nucléaire iranien

L' accord sur le nucléaire iranien signé entre l'Iran et six puissances occidentales (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU – États-Unis, France, Royaume- Uni, Chine, Russie – et l'Allemagne) le 14 juillet 2015 à Vienne a mis fin à douze ans de crise. Et permet qu'aujourd'hui, l'Iran poursuive son programme nucléaire, à des fins civiles, en respectant les limites imposées par l'accord. Selon les Russes, la construction et la fourniture du combustible seront effectuées sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

  • Colombie

Barack Obama a présenté un plan «Paix Colombie», entrepris et financé par les Etats-Unis. Il succède au précédent plan mis en place en 1999 par Bill Clinton. Il prévoit un soutien américain à hauteur de 450 millions de dollars (396 millions d’euros) une fois les accords rédigés, dont 60 millions destinés à lutter contre les trafics de drogue.

  • Cuba

Après plus d'un demi-siècle d'embargo, les Etats-Unis et Cuba se sont rapprochés. Barack Obama, et son homologue cubain, Raul Castro, ont confirmé en décembre le rétablissement des relations diplomatiques sont rompues depuis 1961. Obama a terminé son discours historique par un « Todos somos Americanos » "(Nous sommes tous américains" , en espagnol).

Obama a marqué l'Histoire en se rendant à Cuba
Obama a marqué l'Histoire en se rendant à Cuba © AFP

L' embargo visait la chute du régime cubain mis en place après la révolution de 1959, car les Etats-Unis étaient le principal partenaire commercial de Cuba. Mais les restrictions économiques n'ont pas eu l'effet escompté. Le pape François a joué un rôle important dans le réchauffement historique des relations entre les deux pays.

  • La guerre en Syrie

Je pense que mes cheveux blancs sont dus à la Syrie. Barack Obama, août 2016

Barack Obama a décidé en août 2013 de ne pas intervenir militairement en Syrie. Raison : la guerre en Irak lancée par Georges W.Bush avait tué trop de soldats américains. Selon Obama, « les États-Unis ne peuvent pas tout ». Depuis, c'est l'escalade et la Syrie vit aujourd'hui la pire offensive de l'armée syrienne et des forces russes depuis cinq ans.

►►► LIREL'interview de Barack Obama sur sa politique étrangère en avril 2016 dans le magazine The Atlantic (en Anglais)

  • Guantanamo

Le Pentagone a effectué le transfert de prisonniers le plus important en août dernier en libérant 15 prisonniers de Guantanamo. Pourtant, il reste toujours des détenus sur le site cubain. Depuis l’ouverture du centre en janvier 2002, 780 hommes ont été détenus au total dans ce camp au sud de l’île de Cuba.

Obama avait promis de fermer Guantanamo avant la fin de son mandat
Obama avait promis de fermer Guantanamo avant la fin de son mandat © AFP

Tous ces hommes ont été emprisonnés à la suite des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre le terrorisme (war on terror) de Georges W.Bush.

  • La guerre en Irak

Barack Obama a voté en 2003 contre l'intervention des Etats-Unis en Irak, proposée par Georges W.Bush alors président. Obama a fait campagne en 2008 en promettant un retrait des troupes américaines d'Irak. Les Etats-Unis dirigent aujourd'hui une coalition internationale qui mène des frappes aériennes sur les positions jihadistes en Irak et déploie des centaines de conseillers militaires, chargés de former et d'aider les forces gouvernementales.

Et Barack Obama vient d'assurer que la bataille de Mossoul (deuxième ville du pays) était proche. L'objectif, a-t-il expliqué, est de s'assurer "non seulement que le groupe EI ne revienne pas mais aussi que les idéologies extrémistes nées du désespoir ne reviennent pas non plus".

  • Afghanistan

Obama lui même a annoncé qu'il avait prévu de ne laisser que 8 400 soldats en Afghanistan. Mais les Etats-Unis ont toujours 10 000 soldats sur place, qui entrainent et équipent les soldats afghans et mènent des opérations anti terroristes. C'est tout de même bien moins que les 40 000 militaires présent sur le terrain lorsqu'il a été élu en 2008.

  • Hiroshima

Obama s'est rendu à Hiroshima. Il s'agit de la première visite d'un président américain en exercice dans la ville martyre, prise sous le feu nucléaire le 6 août 1945.

Obama : Première visite d'un président américain à Hiroshima
Obama : Première visite d'un président américain à Hiroshima © AFP
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.