Barack Obama annonce la normalisation des relations avec Cuba
Barack Obama annonce la normalisation des relations avec Cuba © Radio France

Ce sont deux discours historiques : Barack Obama et Raul Castro ont annoncé mercredi après-midi la normalisation des relations entre Les États-Unis et Cuba. Les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961.

Cuba / États-Unis : ce qui va changer

L'annonce de Raul Castro
L'annonce de Raul Castro © REUTERS/Enrique De La Osa / REUTERS/Enrique De La Osa

Les relations diplomatiques : Les États-Unis vont rouvrir une ambassade à La Havane. Au cours des six prochains mois, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, va reconsidérer la qualification de "soutien au terrorisme" de Cuba. Des contacts à haut niveau sont prévus entre de hauts responsables américains et cubains sur des dossiers tels que l'immigration, la lutte contre le trafic de drogue, la protection de l'environnement et le trafic d'êtres humains. Les frontières maritimes de Cuba et du Mexique dans le golfe du Mexique seront également évoquées lors de ces discussions.

Les voyages à Cuba : L'administration américaine va assouplir les conditions d'octroi d'autorisation d'entrée à Cuba pour les ressortissants américains. La levée totale des restrictions aux voyages ne pouvant être décidée que par le Congrès, les voyages touristiques d'Américains à Cuba resteront impossibles pour l'instant. Des autorisations de voyage seront désormais plus facilement accordées pour les visites familiales, les journalistes, les scientifiques, les activités éducatives, les réunions professionnelles, les activités religieuses, les compétitions sportives, les projets humanitaires et certaines activités d'exportation.

Ilana Ros-Lehtinen, élue républicaine a réagi violemment :

Ce que le président a dit aujourd'hui est une insulte à la communauté cubaine américaine

23 sec

Ilana Ros-Lehtinen, élue républicaine a réagi violemment

Le commerce : Le commerce avec des entreprises privées cubaines sera autorisé dans le secteur des matériaux de construction destinés à la construction de logements, ainsi que dans ceux des équipements industriels et des équipements agricoles destinés aux petites exploitations. L'embargo général sur le commerce avec Cuba ne peut être levé que par le Congrès.

La banque : Les banques américaines pourront désormais ouvrir des comptes de correspondant (comptes vostro) dans des banques cubaines pour faciliter les transactions commerciales autorisées et les transferts de fonds. Les Américains se rendant à Cuba pourront utiliser des cartes de paiement américaines. Les sociétés à capitaux américains basées dans d'autres pays seront autorisées à fournir des services à des ressortissants cubains hors de Cuba. Les comptes bancaires américains de ressortissants cubains ne vivant plus à Cuba seront débloqués.

Les télécommunications : Les exportations américaines de matériel et de services de télécommunications seront autorisées. Les opérateurs de télécommunications pourront fournir des services commerciaux de téléphonie et d'accès internet à Cuba.

Les transferts de fonds : Les ressortissants américains pourront envoyer jusqu'à 2 000 dollars (1 610 euros) par trimestre à des Cubains ou des organisations humanitaires basées à Cuba, contre 500 dollars aujourd'hui. Ces transferts ne seront plus soumis à autorisation préalable.

► ► ► ÉCOUTER | Un jour dans le monde, spéciale Cuba / États-Unis

Deux discours historiques

Frédéric Carbonne, l'envoyé spécial permanent de Radio France à Washington a assisté au deux discours

2 min

Cuba/États-Unis : un rapprochement historique

L'isolement de Cuba n'a pas fonctionné.

Le président Barack Obama a annoncé mercredi avoir demandé au secrétaire d'État John Kerry d'engager des discussions avec Cuba sur une normalisation des relations diplomatiques. Il a ajouté qu'il allait évoquer avec les membres du Congrès américain la levée de l'embargo en vigueur contre l'île. Dans une allocution télévisée, le président américain a reconnu que la politique "rigide" menée par Washington à l'égard de Cuba ces dernières décennies avait eu peu d'impact.

De son côté, dans une allocution télévisée simultanée, Raul Castro a précisé que "cela ne voulait pas dire que le (problème) principal, l'embargo économique, ait été résolu."

"Le blocus économique, commercial et financier doit cesser" : la réaction de Raul Castro

38 sec

La réaction de Raul Castro à Cuba

Invitée du journal de 8 heures ce jeudi matin, Zoé Valdés, romancière, poète et scénariste exilée en France, réagit à l'annonce de Obama et de Castro.

Zoé Valdès : "c'est un cadeau à la dictature...

Alan Gross libéré

Le discours de Barack Obama intervient après la libération pour des "motifs humanitaires" du ressortissant américain Alan Gross qui a passé cinq années dans une prison cubaine. Alan Gross avait été arrêté le 3 décembre 2009 et condamné à 15 années d'emprisonnement pour importation de technologie illégale et tentative de constitution d'un réseau internet à destination des juifs cubains. Alan Gross a atterri à la base aérienne d'Andrews près de Washington :

Un échange de prisonniers

Selon la chaîne CNN, la libération d'Alan Gross intervient dans le cadre d'un échange de prisonniers, Cuba ayant également relâché 53 personnes considérées par Washington comme des détenus politiques et les États-Unis ayant remis en liberté trois agents cubains détenus depuis 1998. Les trois agents cubains sont Gerardo Hernandez, 49 ans, Antonio Guerrero, 56 ans et Ramon Labanino, 51 ans. Deux autres agents cubains avaient été déjà été libérés avant d'avoir purgé la totalité de leur peine. Les cinq agents avaient été condamnés pour espionnage des associations anti-castristes en exil en Floride et pour surveillance d'installations militaires.

Barack Obama s'est entretenu entre 45 minutes et une heure au téléphone avec son homologue cubain Raul Castro. Un responsable a précisé que Fidel Castro n'avait "pas été impliqué dans les discussions".

Le pape a joué un rôle crucial

Selon un haut responsable américain, le pape François et le Vatican ont joué un rôle d'intermédiaire essentiel dans le rapprochement. Le pape a écrit à Barack Obama et à Raul Castro cet été. Les discussions directes entre Washington et Cuba ont été autorisées par Barack Obama au printemps 2013. La première rencontre a eu lieu au Canada en juin 2013. Les deux parties ont poursuivi leurs discussions jusqu'en novembre dernier.

Ces discussions ont été finalisées lors d'une réunion accueillie par le Vatican entre les délégations des deux pays. "Ils furent le seul gouvernement à participer aux discussions", a indiqué le responsable.

L'annonce de la rupture des relations diplomatiques à la télévision américaine (1961)

Cuba - États-Unis : 1959/2014

Retrouvez les grands événéments qui ont animé les relations américano-cubaines depuis plus de 60 ans. C'est une timeline interactive réalisée par le site internet du quotidien suisse LeTemps.ch.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.