françois hollande précise le calendrier des effectifs de l'opération serval au mali
françois hollande précise le calendrier des effectifs de l'opération serval au mali © reuters

Il y a un an jour pour jour, l’armée française lançait l’opération Serval au Mali pour stopper la progression des combattants islamistes. Aujourd’hui, le Mali a retrouvé une stabilité politique, mais l’insécurité demeure.

Un an après l’arrivée des forces françaises, le Mali s’est pacifié mais reste face à d’immenses défis. Contre toute attente, le pays a réussi à retrouver une stabilité politique : l’été dernier, des élections jugées libres et transparentes par les observateurs internationaux se déroulent dans le calme. Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé IBK, est élu président, ce qui rétablit la légalité constitutionnelle interrompue le 22 mars 2013 par le coup d’Etat militaire. Des législatives suivent en novembre-décembre.

Sur le plan institutionnel, tout va bien. Les élections ont eu lieu. (…) Sur le plan sécuritaire, les choses sont plus mitigées (Souleymane Drabo, analyste politique)

Le commerce n'a pas repris à cause de l'insécurité: reportage à Gao d'Etienne Monin

Malgré l’intervention de la France et des casques bleus de l’ONU, les groupes liés à Al-Qaïda sont toujours actifs dans le Nord. Les jihadistes ont bien été affaiblis par l’intervention française, mais ils continuent de mener des attentats suicides dans cette région.

"On n'avait pas des anges en face" - Général Bernard Barrera, a commandé les forces terrestres dans le nord Mali de janvier à mai 2013

Le pays va donc devoir s’atteler à rétablir la sécurité sur tout le territoire. Il doit également entamer un processus de réconciliation : le conflit a en effet attisé la haine entre les populations de communautés diverses. Tout cela dans un contexte économique difficile : en 2012, le Mali était 182e sur 187 concernant l’indice de développement humain. Et avec une armée française qui prépare son désengagement.

L’essentiel de la mission est accomplie (François Hollande)

Pour François Hollande, les objectifs de l’opération Serval "ont été atteints". "Nous avons maintenant la situation bien en main", a-t-il expliqué lors de ses vœux aux armées sur la base aérienne de Creil. Les effectifs français au Mali passeront de 2 500 hommes aujourd’hui à 1 600 en février, pour se stabiliser à un millier courant 2014, selon le président de la République. Un effectif "qui sera le niveau nécessaire pour faire face à toute menace qui pourrait ressurgir", a ajouté François Hollande.

Opération Serval Mali
Opération Serval Mali © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.