Edward Snowden
Edward Snowden © REUTERS/Ueslei Marcelino / REUTERS/Ueslei Marcelino

Le lanceur d'alerte Edward Snowden fait partie des personnages-clés de l'année 2013. Sur la télévision britannique Channel 4, l'ancien consultant de l'agence nationale de sécurité américaine, désormais réfugié en Russie, a appellé hier les gouvernements à mettre fin à la surveillance de masse. Ce message remet devant les projecteurs l'homme qui a provoqué un scandale planétaire avec ses informations sur l'espionnage global pratiqué par les Américains. L'avocat du jeune informaticien assure que son client est en danger. Alors où en est aujourd'hui Edward Snowden et quelles sont les conséquences de ses révélations ?

Depuis des mois, Edward Snowden avait disparu des écrans radar. En cette fin d'année, il réapparaît dans les médias. A la télévision britannique, mais aussi dans le Washington Post, où il explique vouloir aider l'agence nationale de sécurité américaine à changer de méthodes et ironise :

Je travaille encore pour la NSA, elle est la seule à ne pas s'en rendre compte.

Le jeune informaticien traqué par les Etats-Unis et privé de passeport reste provisoirement réfugié en Russie. Arnaud Dubien est le directeur de l'observatoire franco-russe :

Snowden, c'est une carte qui a été jouée, qui aujourd'hui, du point de vue la Russie n'a pas beaucoup de valeur.

Rien n'est moins sûr, car la NSA -comme les autres services d'espionnage- continue travailler dans l'opacité la plus totale. Avec le soutien d'une grande partie de l'opinion et de la classe politique américaine. Axel Krause est correspondant à Paris de Transatlantic Magazine :

Beaucoup d'Américains pensent que après tout, qu'ils fassent leur boulot, que les services secrets nous protègent.

Sur le sujet épidermique de la sécurité nationale, il est peu probable que Barack Obama fasse preuve de mansuétude envers Edward Snowden, vilipendé par une partie du camp Démocrate et l'ensemble des Républicains et une partie du camp Démocrate.

L'affaire Snowden
L'affaire Snowden © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.