Houston passe sa deuxième nuit sous les eaux de la tempête Harvey qui stationne au-dessus de la ville texane.

Harvey reste stationnaire au-dessus de Houston et les secours sont mobilisés pour évacuer les habitants piégés par une montée fulgurante des eaux
Harvey reste stationnaire au-dessus de Houston et les secours sont mobilisés pour évacuer les habitants piégés par une montée fulgurante des eaux © AFP / MARK RALSTON

La nuit s'annonce encore compliquée à Houston. Depuis dimanche, la plus grande ville du Texas est isolée, confrontée à des inondations "sans précédent" à mesure qu'elle est traversée par l'ouragan Harvey. Une tempête mortelle : en 24 heures, on dénombre trois personnes tuées.

Des trombes d'eau auxquelles doivent faire face des milliers de sauveteurs. Pompiers, policiers, garde-côtes et garde nationale sont mobilisés, aidés de volontaires, pour venir en aide aux personnes coincées par la montée des eaux.

Dans certaines rues, les inondations sont extrêmement rapides et les habitants de Houston doivent parfois se réfugier dans les étages de leur maison, avant d'être évacués par hélicoptère.

© Visactu

Trois morts sont à ce jour dénombrées mais des zones entières sont encore immergées ou inaccessibles et le bilan pourrait encore s'alourdir une fois les eaux retirées.

Donald Trump sur place dès mardi

La tempête Harvey est le plus puissant ouragan à frapper le sud des États-Unis depuis 2005. Le National Weather Service prévoit encore des pluies torrentielles et des "inondations catastrophiques" car Harvey, rétrogradé en "tempête tropicale", reste stationnaire.

© Visactu

Devant les conséquences "sans précédent" prédites par les services météorologiques, le président américain Donald Trump a annoncé qu'il se rendra sur place dès mardi pour, selon les mots du gouverneur du Texas, Greg Abbott, se rendre compte de la "dévastation totale" de la zone et du temps nécessaire "pour tout reconstruire". Le gouverneur du Texas qui chiffre le premier bilan en milliards de dollars.

Pour l'heure, 316 000 personnes demeurent privées d'électricité sur la côte et s'attendent à subir de nouvelles inondations, en provenance des terres.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.