Mossack Fonseca propose à ses clients de passer par des fondations pour dissimuler leurs activités offshore.
Mossack Fonseca propose à ses clients de passer par des fondations pour dissimuler leurs activités offshore. © Reuters / Reinhard Krause

Mossack Fonseca propose à ses clients de passer par des fondations pour dissimuler leurs activités offshore mais la pratique peut éveiller des soupçons alors Mossack Fonseca inscrit le nom de la Croix rouge comme bénéficiaire de ces fondations.

Le prestige de cette ONG fait le reste, après tout qui irait se méfier d’une des plus vieilles organisations d’aide humanitaire, trois fois prix Nobel de la paix ?

Environ 500 sociétés

Environ 500 sociétés auraient eu recours à ce stratagème avec des cas emblématique comme l’ancien couple présidentielle Kirchner en Argentine ou l’actuel président des Emirats arabes unis. A la lumière de ces révélations, le CICR l’assure, jamais la croix rouge n’a eu de relation avec Mossack Fonseca.

La Croix rouge, pas la seule concernée

Peter Maurer, président du CICR, a évoqué « les risques énormes si nous nous retrouvons, par exemple, associés à une société offshore, appartenant à une faction en guerre, je n'ose pas imaginer a quoi nous pourrions être mêlés ».

Mais la Croix rouge n’est pas la seule concernée, le fond mondial pour la nature, le WWF serait lui aussi très apprécié au Panama pour blanchir ses avoirs. L’ONG a fait savoir qu'elle étudie tous les recours juridiques possibles pour mettre fin à ces pratiques.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.