en visite à bethléem, le pape lance un appel à la paix
en visite à bethléem, le pape lance un appel à la paix © reuters

Le pape François achève ce lundi un voyage de trois jours au Proche-Orient. Il a choisi de célébrer une messe au Cénacle là où le Christ aurait pris son dernier repas : un lieu qui cristallise les tensions confessionnelles. Il a plaidé pour un libre accès des lieux saints de Jérusalem à tous les croyants.

C’est peut-être l’étape la plus emblématique du pèlerinage pontifical en Israël et dans les territoires palestiniens. Le pape François doit faire étape au Cénacle : un site à la fois sacré pour les juifs, les chrétiens et les musulmans. Au rez-de-chaussée se trouve le tombeau du roi David. A l'étage, les restes de chapiteaux d'une église chrétienne. Selon la tradition, c'est à cet endroit qu'a eu lieu la Cène, le dernier repas de Jésus avec ses apôtres. C'est là aussi que l'Esprit saint serait descendu à la Pentecôte. Pour les musulmans, le site est considéré comme un sanctuaire : le bâtiment est surmonté d'un "mihrab", une niche indiquant la direction de La Mecque. Il abritait une mosquée jusqu'à ce que l'armée israélienne conquière le mont Sion en 1948.

Tireurs d’élite et policiers israéliens en patrouille

Le site cristallise les tensions de la Ville sainte. Des extrémistes juifs se sont rassemblés près du Cénacle à plusieurs reprises ces dernières semaines : hier encore 26 personnes ont été arrêtées. La police israélienne a d’ailleurs dû prendre des mesures d'éloignement à l'encontre de plusieurs dizaines de personnes. Ces manifestants soupçonnent les autorités israéliennes de vouloir céder le Cénacle au Vatican.

Les lieux saints de Jérusalem accessibles pour tous les croyants

Les chrétiens peuvent accéder librement au Cénacle mais n’ont droit qu’à deux messes annuelles, pour le Jeudi saint et la Pentecôte. Ils demandent donc à pouvoir librement y prier. Requête qui a déclenché la colère de la minorité juive radicale. Elle redoute que la visite du pape fasse partie de négociations secrètes entre Israël et le Saint-Siège pour mettre un terme, à leur détriment, au statu quo. Ce lundi, le pape François a plaidé pour "le libre accès" de tous les croyants juifs, musulmans et chrétiens aux lieux saints à Jérusalem, lors d'une rencontre avec le président israélien Shimon Peres.

Le pape François :

Que Jérusalem soit vraiment la Ville de la paix ! Que resplendisse pleinement sa valeur religieuse et culturelle universelle, comme trésor pour toute l'humanité ! Comme c'est beau quand les pèlerins et les résidents peuvent accéder librement aux Lieux Saints et participer aux célébrations !

Une visite sous le signe de la paix

Ce matin, le pape s’est rendu sur l’Esplanade des mosquées et au mémorial Yad Vashem, pour les victimes de la Shoah. Anaïs Feuga suit la visite pontificale

Hier, le pape a invité le président israélien Shimon Peres et son homologue palestinien Mahmoud Abbas à venir prier avec lui pour la paix au Vatican, le 6 juin prochain. Les deux dirigeants ont accepté la proposition.

► ► ► ALLER PLUS LOIN |

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.