Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce mardi 31 mars, l'actualité internationale nous amène en Corée du Nord, où la course à l'armement se poursuit, et en Israël où le pays tout entier se passionne pour une série télé.

Les Américains et Kim Jung Un, le leader Nord-coréen, continuent de s'observer.
Les Américains et Kim Jung Un, le leader Nord-coréen, continuent de s'observer. © AFP / STR / KCNA VIA KNS / AFP

CORÉE DU NORD | Dimanche, la Corée du Nord a testé des "lanceurs de roquettes multiples de très gros calibre" et elle entend continuer à affiner son arsenal militaire en dépit des menaces, des condamnations et des sanctions américaines et internationales.

Un de ses dirigeants vient de déclarer : "Entendre la rhétorique ridicule de Pompeo nous a fait renoncer à tout espoir de dialogue, nous tracerons notre propre route". Des propos rapportés par l’agence de presse  nord-coréenne KCNA, en guise de réponse aux États-Unis qui ont demandé à la communauté internationale d’exercer des pressions diplomatiques et économiques sur le pays doté de l'arme nucléaire. Les Nord-coréens accusent le secrétaire d’État américain de ne pas suivre la voie de Donald Trump. Mike Pompéo explique être en phase avec le Président américain : "Le président Trump a été également été clair. Les sanctions, non pas les sanctions américaines mais les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, continueront à être appliquées.".

ONU |  Pour la première fois de son histoire, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté hier quatre résolutions à l’issue d’un vote par écrit, aucune réunion de cette instance n’ayant eu lieu depuis le 12 mars pour cause de crise du coronavirus. Cette procédure inédite intègre une phase de négociations secrètes, suivies de la transmission électronique des votes au secrétariat des Nations Unies. Un scrutin par visioconférence avait été envisagé, mais la Russie a refusé, avançant des raisons juridiques et politiques.

Ce vote à distance a pu avoir lieu car il portait sur des questions techniques : prolongation d’un an du mandat des contrôleurs onusiens vérifiant les sanctions contre la Corée du Nord, allongement des missions de paix de l’ONU en Somalie et au Darfour, et amélioration de la protection des Casques bleus. En cas de crise politique, cette procédure longuement négociée pourrait difficilement s’appliquer, car elle réduit les possibilités de tractations informelles entre pays ou groupes de pays.

YEMEN | Des frappes aériennes sur Sanaa. La semaine dernière, l’ONU appelait à un cessez le feu immédiat et global notamment au Yémen. Le pays commémorait le 5e anniversaire de l'intervention saoudienne qui a fait des dizaines de milliers de morts, en majorité des civils, selon les ONG. 

Cet appel avait été reçu positivement par la coalition internationale sous commandant saoudien qui combat les rebelles chiites Houthis depuis 2015. Mais hier, la coalition a mené plusieurs frappes aériennes sur Sanaa, la capitale yéménite contrôlée par les Houthis. L’opération a visé des sites de stockage, d’assemblage et d’installation de missiles balistiques et de drones selon un communiqué de l’agence de presse officielle saoudienne. 

Ces frappes ciblées interviennent deux jours après que les forces de défense aérienne saoudiennes ont intercepté deux missiles balistiques lancés par les Houthis dans le ciel de Ryad et de Jazan, ville du sud-ouest de l'Arabie saoudite, proche du Yémen.
Les rebelles houthis ont revendiqué par le passé plusieurs attaques sur le territoire saoudien, dont des raids en septembre 2019 contre des installations pétrolières. Ces raids avaient provoqué d'importants dégâts et réduit momentanément de moitié la production saoudienne d'or noir.

ANGLETERRE | Un nouveau patron pour le renseignement intérieur britannique. Le gouvernement britannique a nommé Ken McCallum à la tête du renseignement intérieur, le MI5, celui-là même qui avait dirigé l'enquête sur l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal en 2018 et suivait notamment jusqu'ici les question de cybersécurité.

Cet Écossais, né à Glasgow et diplômé de mathématiques, a débuté sa carrière au MI5 en suivant pendant dix ans les affaires liées au terrorisme en Irlande du Nord, province britannique traversée par trois décennies de "troubles" sanglants entre unionistes principalement protestants et républicains majoritairement catholiques. Il a ensuite suivi des dossiers liés à l'islamisme et à la cybersécurité.  

Actuellement directeur général adjoint, M. McCallum remplace Andrew Parker qui prend sa retraite en avril après sept ans aux commandes de l'organisation.
L'une des priorités affichées du nouveau directeur général est de permettre au MI5 de saisir les opportunités apportées par les nouvelles technologies.

ISRAËL | La série Unorthodox fascine le pays. Numéro 1 sur Netflix en Israël, Unorthodox sortie le 26 mars dernier raconte en quatre épisodes l'histoire d'une jeune femme de la communauté haredi (juive ultra-orthodoxe) de New York qui s'en échappe. Mariée à l'occasion d'une union arrangée, elle s'enfuit des États-Unis et découvre le "monde extérieur" à Berlin. 

Cette série allemande tournée en anglais et en yiddish (langue germanique d'Europe centrale encore parlée par les Juifs les plus religieux) intéresse les Israéliens dont environ 10% sont des haredim, vivant reclus à Jérusalem et Bnei Brak, opposés à la modernité et au libéralisme des mœurs et des opinions. Elle est inspirée d'une histoire vraie et met en vedette l'actrice israélienne Shira Haas, déjà remarquée il y a quelques années dans Shtisel, une série sur les ultra-orthodoxes de Jérusalem.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.