Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce mardi 7 avril, l'actualité internationale nous emmène notamment en Australie, où la Haute-Cour a blanchi le cardinal George Pell, condamné il y a un an pour des actes pédophiles, et en Suisse, où les demandes de brevets chinoises ont explosé.

Le cardinal australien George Pell lors de sa libération de la prison de Barwon, à 70 km de Melbourne, ce 7 avril. Le prélat a été définitivement acquitté dans une affaire de pédophilie.
Le cardinal australien George Pell lors de sa libération de la prison de Barwon, à 70 km de Melbourne, ce 7 avril. Le prélat a été définitivement acquitté dans une affaire de pédophilie. © AFP / William West

AUSTRALIE | Le cardinal Pell acquitté dans une affaire de pédophilie. "Le Saint-Siège, qui a toujours eu confiance dans la justice australienne, salue le verdict unanime prononcé par la Haute Cour à l'égard du cardinal George Pell, qui le blanchit de toutes les accusations d'agressions sur mineurs", a déclaré le Vatican ce mardi.

Ex-secrétaire à l'Economie du Saint-Siège, ce proche du pape François avait été condamné en mars 2019 à six ans d'incarcération pour des viols et agressions sexuelles sur deux enfants de chœur en 1996 et 1997 dans la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne, dont il était l’archevêque. Sa condamnation, confirmée en appel en août, a été finalement cassée mardi par la Haute-Cour d'Australie, qui l'a acquitté de cinq chefs d'accusation de violences sexuelles, au bénéfice du doute.

L'ancien ministre des Finances du Vatican, qui a toujours clamé son innocence, reste prêtre. Il avait l'an passé été discrètement écarté des plus hautes instances de la hiérarchie catholique.

SUISSE | La Chine, champion du monde des dépôt de brevets. "En 1999, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) recevait 276 demandes en provenance de la Chine." Vingt ans après, c’est "200 fois plus" (soit 58 990), précise le directeur général de l’institution basée en Suisse. Pékin met ainsi fin au règne sans partage des États-Unis (57 840 dépôts de brevets en 2019) depuis la création du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) de l'OMPI en 1978.

"La croissance rapide de la Chine pour atteindre la tête du classement (...) met en lumière le déplacement de la géographie de l'innovation vers l'Est, les déposants asiatiques représentant désormais plus de la moitié de toutes les demandes".

La France arrive en 6e position, derrière le Japon, l’Allemagne et la Corée du Sud.

Dans son rapport annuel, l'OMPI relève aussi que pour la troisième année consécutive, le géant chinois des télécommunications Huawei Technologies, avec 4 411 demandes publiées, a été le principal déposant en 2019. Viennent ensuite Mitsubishi Electric au Japon, Samsung Electronics en Corée du Sud, Qualcomm aux États-Unis et Guang Dong Oppo Mobile Telecommunications en Chine.

ÉTATS-UNIS | Boeing va tenter de remettre sur orbite sa capsule Starliner. Après une mission ratée fin décembre, le groupe aérospatial américain va entreprendre une deuxième mission d’essai à vide de son véhicule spatial. La destination est identique : Starliner doit rejoindre la Station spatiale internationale (ISS), dont il doit à terme pouvoir transporter les personnels. 

Le 21 décembre dernier, de graves problèmes de logiciels et de code informatique avaient empêché la mise sur la bonne orbite de Starliner, qui avait dû revenir sur Terre deux jours après. Des problèmes qui, sans l’intervention manuelle des équipes de Boeing au sol, auraient causé la perte de la capsule, selon la Nasa, qui finance les missions américaines à destination de l’ISS.

Pour Boeing, l’enjeu de cette deuxième tentative est crucial, au point que le groupe de Seattle en assume la totalité "sans frais pour le contribuable", assure-t-il. Car face à lui, la Nasa a sollicité l’opérateur privé SpaceX, qui assure déjà des missions de fret à destination de l’ISS, pour transporter ses astronautes. Une aventure à laquelle l’entreprise d'Elon Musk se prépare, avec un premier vol habité de sa capsule Crew Dragon prévu entre la mi-mai et la fin-mai.

ÉTATS-UNIS | Nouvelles preuves de corruption en lien avec le Mondial de football. Des dirigeants de la Fifa ont reçu des pots-de-vin pour voter en faveur de l'attribution à la Russie et au Qatar des Coupes du monde 2018 et 2022, établit un document publié par le procureur fédéral de Brooklyn.

De nouveaux individus ont rejoint la quarantaine de personnes déjà inculpées dans l’affaire dite du "Fifagate". Parmi eux, Jack Warner, l'ancien président de Fédération de football d'Amérique du Nord, Centrale et des Caraïbes, et Rafael Salguero, ancien président de la Fédération guatémaltèque de football, pour leur vote monnayé en faveur la candidature russe, mais aussi l'ancien président de la Fédération brésilienne de football Ricardo Teixeira et l'ex-président de la Confédération sud-américaine de football Nicolas Leoz, décédé en août 2019, pour la candidature du Qatar.

À ce jour, 26 accusés ont plaidé coupable, ainsi que quatre personnes physiques, dans cette vaste affaire de corruption, qui minait surtout les fédérations du continent américain. 

TCHAD | Le pays est libéré de Boko Haram, clame le gouvernement. Il n'y a "plus un seul élément [du groupe djihadiste] sur le territoire tchadien", a affirmé le porte-parole du gouvernement, depuis la province du Lac, d’où l’armée a lancé une vaste offensive. Les djihadistes encore libres "sont entrés soit au Niger, soit au Nigeria, soit au Cameroun", a assuré le président Idriss Déby. En d’autres termes, ils auraient quitté la nuée d'îlots éparpillés sur le lac Tchad, à la frontière des quatre pays.

Le président Déby, qui a estimé être "seul à supporter tout le poids de la guerre contre Boko Haram", a demandé à la Force multinationale mixte (FMM), composée de cinq armées africaines (Bénin, Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad) "de prendre le relais". Car la crise est régionale, et l’International Crisis Group (ICG) estime que la lutte contre Boko Haram est "loin d'être terminée". L’attaque qui a tué huit civils, dimanche à Amchidé, dans l’Extrême-Nord du Cameroun - revendiquée par le groupe djihadiste - l’atteste.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.