Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce lundi 20 avril, l'actualité internationale nous emmène notamment au Canada, où 16 personnes ont été tuées dans la plus meurtrière tuerie qu'ait connue le pays, et en Australie, où Google et Facebook vont devoir rémunérer les contenus qu'ils relaient.

Après douze heures de traque, la police a finalement abattu Gabriel Wortman, auteur de la plus meurtrière tuerie de l'histoire canadienne. Selon un bilan encore provisoire, l'homme a tué 16 personnes, dont une gendarme.
Après douze heures de traque, la police a finalement abattu Gabriel Wortman, auteur de la plus meurtrière tuerie de l'histoire canadienne. Selon un bilan encore provisoire, l'homme a tué 16 personnes, dont une gendarme. © AFP / Tim Krochak

CANADA | Un homme tue 16 personnes en Nouvelle-Écosse. Il s’appelle Gabriel Wortman et il a commencé son macabre voyage dans la nuit de samedi à dimanche dans une petite commune non loin d’Halifax. La police a tout d’abord été appelée pour des coups de feu. À l’intérieur et devant une maison, elle a découvert plusieurs victimes. Très vite, l’alerte a été lancée et une traque s'est engagée, durant une douzaine d'heures, dans tout l’est du pays.

Pour l'heure, le bilan des morts est lourd. Au moins 16 personnes, dont une gendarme. Le criminel, lui, a été finalement abattu par la police pas très loin de l’aéroport d’Halifax. Ce qui ne devrait pas simplifier l'enquête, qui pose de nombreuses questions. Pourquoi le meurtrier présumé, âgé de 51 ans et prothésiste dentaire, portait-il un uniforme et pourquoi roulait-il dans une voiture qui ressemblait à un véhicule de gendarmerie, par exemple ?

Parmi les nombreuses réactions après cette tuerie d'une ampleur inédite, le premier ministre Justin Trudeau a parlé de sa tristesse à l’annonce de cet acte de violence insensé.

AUSTRALIE | Google et Facebook sommés de payer les contenus qu'ils relaient. Après la France et l'Espagne par le passé, notamment, l'Australie vient d'annoncer son intention de contraindre Google et Facebook à rémunérer les contenus des éditeurs de presse. Un code de conduite obligatoire sera présenté d'ici juillet, a averti le ministre du Budget, prélude à l'adoption d'une loi visant à valoriser la réutilisation des contenus des médias traditionnels pour les aider à faire face à la concurrence des géants du numérique.

"Il s'agit de demander des comptes à ces géants de la high-tech, de garantir une véritable concurrence (et) d'offrir des règles du jeu équitables", a déclaré Josh Frydenberg, qui dit espérer que cette mesure permettra de "sauvegarder les emplois dans le secteur de la presse". Un secteur qui a supprimé 20 % de ses effectifs au cours des six dernières années.

Il y a dix jours, l'autorité de la concurrence française a ordonné à Google de négocier avec les éditeurs et les agences de presse en France sur la rémunération des contenus. En Espagne, une initiative similaire avait conduit en 2014 le géant à fermer la version espagnole de son site d'actualités.

ALGÉRIE | Les autorités mettent l'information sous pression. Après le site Maghreb Émergent et Radio M, une radio web, c'est au tour d'Interlignes de tomber sous le coup de la censure. En dix jours, les autorités ont coupé l'accès à trois sources d'informations indépendantes en Algérie. Signe que "le pouvoir veut pousser les médias sérieux à la fermeture et laisser la médiocrité régner sur ce noble métier", estime Bouzid Ichalalene, directeur de publication d'Interlignes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Du côté du ministère de la Communication, aucune explication. Le ministre, Ammar Belhimer, a néanmoins récemment accusé des médias nationaux, dont Radio M, de bénéficier de financements étrangers, ce qui est interdit par la loi. Et le conseil des ministres a adopté dimanche des dispositions qui proposent de "criminaliser (...) notamment la diffusion de fake news pour porter atteinte à l'ordre et à la sécurité publics, l'atteinte à la sûreté de l'État et à l'unité nationale (...)". Une pratique totalement étrangère à Interlignes, se défend Bouzid Ichalalene.

ANGOLA | Bétail contre dette. Luanda vient de recevoir une cargaison 1 176 bovins en provenance du Tchad, dans le cadre d'un accord bilatéral inédit de remboursement de dette. Les bêtes, qui ont été placées en quarantaine, constituent le troisième versement en nature du Tchad.

N'Djamena, en difficulté financière pour cause de baisse des cours du pétrole, avait proposé de rembourser 100 millions de dollars en bétail, une "matière première" dont il regorge. L'Angola, de son côté, dépense chaque année 350 millions de dollars pour importer la viande nécessaire à l'alimentation de 30 millions d'habitants.

FOOTBALL | Ces pays où le championnat ne s'arrête pas. Ils sont six. Six pays qui font exactement comme si le Covid-19 n’existait pas : la Biélorussie, le Tadjikistan, le Burundi, le Nicaragua, Taïwan et, depuis dimanche, le Turkmenistan continuent en effet à jouer au football. Une démarche tout à fait "compréhensible" pour le dernier venu dans le camp des "négationnistes", qui compte au nombre des derniers États au monde à n’avoir pas déclaré de cas de coronavirus.

Mi-mars, la fédération turkmène avait malgré tout suivi les recommandations de son ministère de la santé et de l’OMS, en suspendant son championnat professionnel de football. Les 8 équipes du pays ont donc été placées en repos forcé jusqu’à ce week-end.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

On notera qu’Altyn Asyr et Köpetdag Achgabat, les deux meilleures équipes du championnat, ont fait match nul un but partout, dans la rencontre au sommet de cette journée de reprise. La grande histoire du football turkmène retiendra que  Köpetdag Achgabat a égalisé dans les dernières minutes de la rencontre pour conserver sa place de leader.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.