Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce jeudi 30 avril, l'actualité internationale nous emmène notamment en Allemagne, où les autorités mettent un terme aux activités politiques du parti chiite libanais Hezbollah, et à Luxembourg, où la Cour de justice de l'UE pourrait bien relancer le Dieselgate.

La police allemande a notamment perquisitionné jeudi la mosquée chiite Al-Irschad à Berlin, où des documents ont été saisis.
La police allemande a notamment perquisitionné jeudi la mosquée chiite Al-Irschad à Berlin, où des documents ont été saisis. © AFP / Christoph Soeder / DPA

LIBAN | Les activités du Hezbollah totalement interdites en Allemagne. Le mouvement libanais chiite pro-iranien, que le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer décrit comme une "organisation terroriste qui a commis un grand nombre d'attentats et d'enlèvements dans le monde", ne pourra désormais plus opérer outre-Rhin. Le gouvernement allemand a annoncé jeudi l'interdiction totale de toutes ses activités sur son territoire, alors que des perquisitions étaient menées contre des établissements liés au mouvement.

"Ses activités illégales et la préparation de ses attentats se déroulent aussi sur le sol allemand" a estimé Horst Seehofer dans Bild, ajoutant que le Hezbollah "remet en question le droit à l'existence d'Israël et appelle souvent à sa destruction par la violence", alors que l'État allemand s'est fixé comme priorité depuis la Seconde Guerre mondiale de défendre l'État hébreu.

La décision a été saluée par le chef de la diplomatie israélienne, qui a exprimé sa "profonde gratitude", tandis que l'ambassadeur des États-Unis en Allemagne rappelait que le "Hezbollah ne peut être autorisé à utiliser l'Europe comme refuge pour soutenir le terrorisme en Syrie et dans tout le Moyen-orient".

Environ un millier de membres du "parti de Dieu", créé en 1982 au Liban à l'initiative des Gardiens de la Révolution iraniens, seraient installés en Allemagne, selon le Renseignement intérieur, qui les accuse d'organiser des collectes de soutien, de recruter des sympathisants et d'organiser des manifestations appelant à la destruction d'Israël.

UNION EUROPÉENNE | La justice pourrait relancer le Dieselgate. Le recours par un constructeur automobile à un dispositif susceptible de fausser les résultats des tests sur les émissions de gaz polluants est interdit par le droit européen, a estimé jeudi l'avocate générale de la Cour de justice de l'Union européenne.

Si elle suivait ces conclusions, la juridiction, saisie par des juges d'instruction français chargés d'enquêter sur la fraude dont se sont rendus coupables Volkswagen, PSA, Renault et Fiat, pourrait relancer le Dieselgate en Europe et permettre notamment à la France de mettre en examen les constructeurs automobiles impliqués.

Le groupe Volkswagen avait reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution, et dissimulant des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Le scandale dit du "Dieselgate", qui a donné lieu à des actions en justice dans plusieurs pays, a déjà coûté 30 milliards d'euros au constructeur allemand.

ISRAËL | Biden laissera l'ambassade américaine à Jérusalem. Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, qui s’exprimait lors d’une levée de fonds par visioconférence, a assuré qu'il maintiendra l’ambassade des États-Unis en Israël dans la ville de Jérusalem s’il remporte la présidentielle de  novembre.

Selon Joe Biden, qui a regretté le déménagement de l’ambassade américaine opéré par Donald Trump de Tel Aviv à Jérusalem en 2018, comme le souhaitait Israël depuis très longtemps, faire marche arrière n’aiderait pas le processus de paix. Pour lui, cette relocalisation était une décision à "courte vue, (...) qui aurait dû s’accompagner d’un accord de paix plus large au Proche-Orient".

Joe Biden a affirmé que toutefois, s'il était élu, il rouvrirait le consulat américain à Jérusalem-est pour dialoguer avec les Palestiniens. Il s’est en effet dit favorable à une solution à deux États. C’est la première fois que Joe Biden s’exprime aussi clairement sur le sujet depuis le début de sa campagne.

LIBYE | Haftar consent à un cessez-le-feu. En Libye, le maréchal Haftar a multiplié, ces derniers  jours, les déclarations. Lundi , dans un bref discours, l’homme fort de l’Est du pays, a d’abord prétendu disposer  d’un "mandat du peuple" pour gouverner seul le pays, ce qui lui a attiré les foudres du Gouvernement d’union nationale, basé à Tripoli, qui a dénoncé un énième coup d'État de son rival.

Accusé par ses détracteurs de vouloir instaurer une nouvelle dictature militaire en Libye, Khakifa Haftar a, ensuite, finalement accepté une trêve à l'occasion du mois de jeûne du ramadan en "réponse aux appels de pays amis". "Le commandement général (des forces pro-Haftar) annonce la cessation des opérations militaires de son côté", a indiqué son porte-parole Ahmad al-Mesmari.

L'ONU, l'Union européenne, ainsi que plusieurs autres pays avaient appelé il y a une semaine à un cessez-le-feu, mais Khalifa Haftar a prévenu que la réponse serait "très dure et immédiate en cas de violation" de l'autre camp. 

ÉTATS-UNIS | Harrison Ford a des ratés au décollage. L’interprète d'Indiana Jones a frôlé l’accident. Jeudi, l’acteur de 77 ans est aux commandes de son Aviat Husky, un petit avion biplace à hélice, dans un aéroport proche de Los Angeles. Il roule sur la piste, tandis qu'à quelques centaines de mètres, un autre avion est en train de décoller. La tour de contrôle lui demande de s’arrêter, mais Harrison Ford interprète mal les instructions : "Excusez-moi, Monsieur, j'ai compris juste le contraire. Je suis tout à fait désolé", reconnaît-il dans un enregistrement audio.

L’accident parvient néanmoins à être évité et il n’y a finalement ni victime ni dégâts. Mais, comme c'est l'usage, une enquête a été ouverte par la FAA, l'Administration fédérale de l'aviation.

Ce n’est pas la première mésaventure aéronautique de celui qui incarne Han Solo dans Stars Wars. En 2017, il s’était trompé de piste et avait atterri sur une piste de roulage, passant au-dessus d’un Boeing 737 avec 116 personnes à bord. En 2015, il pilotait un avion de collection de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’une panne de moteur l’a contraint à atterrir en urgence sur un terrain de golf. L’appareil avait percuté un arbre. Et le héros du cinéma s’en était sorti avec seulement quelques fractures.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.