Chaque jour, dans "Par ailleurs", cinq infos du monde garanties sans Covid-19. Ce dimanche 3 mai, l'actualité nous emmène en Algérie, inconsolable après le décès du chanteur Idir, dans la zone démilitarisée entre les deux Corée et en Ouzbékistan où un barrage a cédé, obligeant des milliers de personnes à se déplacer.

Le barrage, dont les travaux avaient été achevés en 2017, a cédé vendredi matin, inondant de très nombreuses maisons et des hectares de terres agricoles.
Le barrage, dont les travaux avaient été achevés en 2017, a cédé vendredi matin, inondant de très nombreuses maisons et des hectares de terres agricoles. © AFP / Uzbek MCHS / Anadolu Agency

OUZBÉKISTAN, KAZAKHSTAN - Des dizaines de milliers de déplacés

La rupture, vendredi matin, du barrage de Sardoba, important ouvrage ouzbek situé dans l'ouest du pays, a entrainé le déplacement de 100 000 personnes en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Des milliers de maisons et de nombreux terrains agricoles ont été inondés dans les deux pays. 70 000 personnes ont été évacuées de leur domicile inondé en Ouzbékistan, 22 000 au Kazakhstan. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autorités des deux pays ont entamé des discussions, après les plaintes de responsables kazakhs accusant les responsables ouzbeks de ne pas les avoir avertis à temps de la catastrophe. Le procureur général ouzbek a indiqué dimanche qu'une enquête pénale pour "négligence" et violation des règles de construction avait été ouverte.

La construction du barrage de Sardoba a commencé en 2010 sous la supervision de l'actuel président Chavkat Mirzioïev, à l'époque Premier ministre. Le barrage a été achevé en 2017.

ALGÉRIE - La disparition d'un "monument", le chanteur Idir est mort

"Avec sa disparition, l'Algérie perd un de ses monuments", a estimé le président algérien Abdelmadjid Tebboune dans un tweet, faisant part de son "immense tristesse" après le décès de Hamid Cheriet, dit Idir, à l'âge de 70 ans. Ambassadeur de la chanson kabyle et défenseur de l'identité berbère à travers le monde, originaire de Tizi-Ouzou, l'interprète du célèbre "A Vava Inouva", est mort samedi à Paris, où il vivait. Il a succombé à une maladie pulmonaire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Salué par l'Unesco comme "un ambassadeur éminent des cultures kabyle et berbère", le décès Idir a aussi suscité de nombreux hommages en France, où il vivait. "Tu as marqué mon enfance (...) Je n'oublierai jamais notre rencontre", écrit sur Instagram Zinédine Zidane, originaire de Kabylie. Sur Twitter, Patrick Bruel, né en Algérie et qui avait fait un duo avec Idir, a salué une "grande voix". "Il a su faire de nos racines de si belles récoltes, apaisées et généreuses", écrit aussi le romancier franco-algérien Kamel Daoud.  

Ardent militant de la reconnaissance de l'identité culturelle kabyle, dans un pays où les revendications liées à l'identité berbère ont été longtemps niées voire réprimées par un État construit autour de l'arabité, Idir avait évoqué en 2019 dans une interview au Journal du dimanche les manifestations populaires contre le pouvoir en Algérie, qui ont entraîné le départ du président Abdelaziz Bouteflika : "J'ai tout aimé de ces manifestations ; l'intelligence de cette jeunesse, son humour, sa détermination à rester pacifique (...) Si nous restons unis, rien ni personne ne pourra nous défaire." 

CORÉE - Échange de tirs entre le Nord et le Sud 

La Corée du Nord a tiré dimanche de multiples coups de feu en direction de la Corée du Sud, au niveau de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule, entraînant une riposte de l'armée sud-coréenne, a annoncé Séoul.

Ce rare échange de tirs s'est produit au lendemain de l'apparition en public de Kim Jong Un, pour la première fois depuis trois semaines, après des semaines de spéculations et de rumeurs à l'étranger sur son état de santé. Un poste de garde sud-coréen a été touché par les tirs du Nord mais aucune victime n'a été signalée du côté du Sud, a déclaré dans un communiqué l'état-major interarmées.

"Nos militaires ont riposté par deux séries de coups de feu et par un message de mise en garde, conformément à notre procédure", a déclaré Séoul. L'armée sud-coréenne a ensuite déclaré que ces tirs nord-coréens n'étaient "pas considérés comme intentionnels", selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. 

VÉNÉZUELA - Le pouvoir affirme avoir déjoué une tentative d'invasion et de coup d'État

Le Venezuela a affirmé avoir déjoué dimanche une tentative d'"invasion par voie maritime" de "mercenaires" en provenance de Colombie, dont le but était d'"assassiner" des dirigeants du gouvernement socialiste et de fomenter "un coup d'Etat" contre Nicolas Maduro. Selon le ministre de l'Intérieur Nestor Reverol, les "terroristes" ont tenté d'aborder les côtes du Venezuela dans la nuit de samedi à dimanche à bord de vedettes rapides dans l'Etat de La Guaira, à environ une heure de route au nord de Caracas. Certains de ces "mercenaires" ont été abattus, d'autres arrêtés. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Venezuela et la Colombie ont rompu leurs relations diplomatiques en février 2019. Nicolas Maduro accuse fréquemment son homologue Ivan Duque d'être impliqué dans des "complots" visant à le renverser et/ou l'assassiner avec le soutien des Etats-Unis.  
La Colombie, tout comme les Etats-Unis et près de soixante pays, reconnaît l'opposant Juan Guaido comme président par intérim, estimant que la présidentielle de 2018 qui a permis à Nicolas Maduro de se maintenir au pouvoir était frauduleuse. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.