Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce jeudi 7 mai, l'actualité internationale nous emmène notamment en Irak qui vient enfin de trouver un Premier ministre après cinq mois de crise et aux États-Unis où un frelon asiatique géant inquiète les Américains.

Le nouveau Premier ministre irakien Moustapha al-Kazimi lors d'un discours devant le Parlement mercredi 6 mai avant le vote
Le nouveau Premier ministre irakien Moustapha al-Kazimi lors d'un discours devant le Parlement mercredi 6 mai avant le vote © AFP / Iraqi Parliament / Anadolu Agency / AFP

IRAK | Quand un maître espion devient Premier ministre. Après des mois de vacances du pouvoir à Bagdad, la nomination de Moustapha al-Kazimi au poste de Premier ministre vient d’être approuvée par le Parlement. À 53 ans, Cet ancien chef du renseignement prend les rênes du pouvoir au moment où l’Irak traverse une grave crise économique et sociale liée à la chute du prix du pétrole.

Nommé patron du renseignement en 2016, Moustapha al-Kazimi s’est illustré dans la guerre contre le groupe État islamique. Cet homme de l’ombre est un personnage pragmatique et rusé qui sait naviguer aussi bien dans le sérail de la politique locale que dans les coulisses internationales.

Son parcours de journaliste et de défenseur des droits de l’Homme ne le prédestinait pas à jouer à rôle aussi crucial en Irak. Sous le règne de Saddam Hussein, il s’était exilé en Europe. Aujourd’hui, sa tâche à la tête du gouvernement irakien ressemble à une mission impossible : redresser une économie à la dérive, retisser la confiance avec la population, qui est descendue dans les rues à l’automne dernier, et gérer l’alliance contradictoire de Bagdad avec Washington et Téhéran.

ISRAËL | Fin d’un an et demi de crise politique. La Cour suprême puis le Parlement israélien ont validé jeudi l’accord de coalition gouvernementale entre Benyamin Netanyahou, chef des conservateurs du Likoud, et Benny Gantz, du parti centriste Bleu-Blanc. Les deux leaders politiques vont pouvoir former un cabinet d’union qu’ils dirigeront en alternance, d’abord Netanyahou puis Gantz.

"Nous n'avons trouvé aucune raison légale empêchant la formation d'un gouvernement par le Premier ministre Netanyahu."

"Mais cette conclusion à laquelle nous sommes parvenus ne diminue en rien la gravité des charges contre [lui]" ont poursuivi les 11 juges, après avoir examiné puis rejeté pendant ces dernières 48 heures le millier d’amendements déposés par l’opposition.

Benyamin Netanyahou, malgré trois inculpations, va donc entamer un cinquième mandat de Premier ministre. Le nouveau gouvernement prêtera serment mercredi 13 mai. Si toutefois les désaccords actuels sur l’attribution des 32 portefeuilles ministériels répartis équitablement entre les alliés sont levés. Des incertitudes persistent pour la Santé, l’Intérieur, la Défense. 

Par ailleurs, des recours sont encore possible devant la Cour suprême. Mais, sauf surprise de dernière minute – une spécialité israélienne – c’est la fin d’un an et demi de crise politique. Benyamin Netanyahou, surnommé  le "roi Bibi", se maintient au pouvoir et annonce qu’il recevra Mike Pompeo, secrétaire d’État américain, la semaine prochaine en Israël.

INDE | Fuite de gaz meurtrière. Au moins sept personnes sont mortes dans le sud-est de l’Inde et un millier ont été hospitalisées à cause d’une fuite de gaz provenant d’une usine de polystyrène. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 3h30, les autorités de Visakhapatnam ont reçu des appels des habitants proches de l’usine, qui se trouve en bordure de la ville. Lorsque que les secouristes sont arrivés sur place, ils ont découvert des scènes de chaos : des personnes gisant sur le sol, inconscientes ou malades, et dans les rues, des animaux et des oiseaux sans vie.

Équipés de masques et de bouteilles d’oxygènes, ils ont forcé les portes des maisons pour faire sortir les habitants. Certains avaient perdu connaissance. 3 000 à 4 000 personnes ont été évacuées dans un rayon de 1,5 kilomètre autour de l’usine. Des rescapés racontent qu’ils ont la peau qui démange et les yeux qui brûlent. Les autorités demandent à tous de ne pas manger de nourriture ou de boire d’eau qui n’étaient pas recouverts cette nuit. 

Selon un responsable de la police, le gaz se serait échappé de deux grands réservoirs non utilisés. Il "a été laissé là à cause du confinement [depuis fin mars]. Cela a mené à une réaction chimique et de la chaleur est apparue dans les réservoirs, et le gaz a fui à cause de cela". La situation paraît sous contrôle mais le bilan humain n’est que provisoire.

SINGAPOUR | La réalité virtuelle pour lutter contre le harcèlement sexuel. Le projet s’appelle "Girl Talk". Il sert à entraîner les femmes pour leur permettre de réagir face à une situation de harcèlement sexuel. Cinq scénarios basés sur des expériences personnelles sont simulés, comme des propos choquants ou des gestes déplacés. Les femmes apprennent à se préparer émotionnellement à une telle situation et à dissuader l’agresseur de poursuivre. Le projet, créé par quatre femmes de l’Université technologique de Nanyang, leur montre aussi qu’en cas de harcèlement, il ne faut pas se cacher mais en parler à des amis, chercher le soutien de son entourage et ne pas rester dans le silence.

À Singapour, plus d'un quart des femmes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel, selon YouGov. Ces dix dernières années, les agressions sexuelles ont augmenté de plus de 15 %. Mais aucune loi ne protège les victimes et les sanctions contre les harceleurs sont légères : six mois de prison ferme maximum et l'équivalent de 5000 euros d’amende.

Les cas de harcèlement étaient très peu visibles dans la cité-État jusqu’à l’an dernier. À l'été 2019, une étudiante avait été filmée à son insu sous la douche, dans sa résidence étudiante. Le coupable a écopé de 12 mois de prison avec sursis et d'un semestre de suspension. Pas assez pour la victime. Cette affaire est devenue le point de départ du #MeeToo singapourien.

ÉTATS-UNIS | L’Amérique s’inquiète après l’arrivée de frelons asiatiques géants. Il est orange et noir et la reine peut mesurer jusqu’à 5,5 centimètres. Il s’agit du plus gros frelon existant : le frelon asiatique géant. Les premiers ont été repérés fin 2019 dans l’État de Washington aux États-Unis. D’autres ont été retrouvés dans le même secteur il y a trois jours, laissant craindre que les femelles sortent de leur hibernation. 

Les Américains le surnomment "le frelon tueur". Sur les réseaux sociaux, le mot-clé #murderhornet est apparu. Selon les entomologistes, ces énormes frelons deviennent dangereux lorsque l’on s’approche de leur habitat ou qu’ils sont dérangés.

Au Japon, entre 30 et 50 personnes meurent chaque année de piqûres de ces insectes, selon le New York Times. En plus de piquer grièvement les êtres humains, ces frelons se nourrissent d’abeilles. Une source d'inquiétude supplémentaire aux États-Unis : la population d’abeilles, déjà en baisse, pourrait être décimée, mettant à mal tout un écosystème.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.