Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 : ce mardi, l'actualité internationale nous emmène notamment dans le Colorado, qui abolit la peine de mort, mais aussi en Macédoine du Nord et en Albanie, qui poursuivent leur chemin pour intégrer l'Union européenne.

La chambre d'exécution de la prison de Huntsville, au Texas, qui compte au nombre des 22 États où la peine de mort reste en vigueur, après que le Colorado est lui-même devenu le 22e à l'abolir.
La chambre d'exécution de la prison de Huntsville, au Texas, qui compte au nombre des 22 États où la peine de mort reste en vigueur, après que le Colorado est lui-même devenu le 22e à l'abolir. © AFP / Paul Buck

ÉTATS-UNIS | Le Colorado abolit la peine de mort et commue les sentences des derniers condamnés. Après de nombreuses tentatives infructueuses de faire évoluer les textes sur la peine capitale, rétablie en 1979, le projet de loi du gouverneur démocrate Jared S. Polis a été approuvé au sénat du Colorado en janvier puis par les députés locaux par 38 voix contre 27.

Il faut dire que, depuis le milieu des années 1970, l'État des Rocheuses n'a exécuté qu'une personne : Gary Davis, jugé coupable du viol et du meurtre, en 1997.

La puissante organisation américaine de défense des droits humains ACLU s'est réjouie de cette décision, qualifiée de "victoire phénoménale pour la justice". Et pour cause, explique Cassandra Stubbs, responsable de la campagne d'ACLU contre les exécutions capitales :

"167 innocents ont été officiellement blanchis alors qu'ils attendaient leur exécution, depuis 1973. Il n'y a aucune excuse pour qu'un gouvernement qui respecte la justice, l'équité et la dignité humaine continue à exécuter son peuple."

Jared Polis a donc commué les peines capitales à l'encontre des trois prisonniers demeurant dans le couloir de la mort. À compter du 1er juillet, la sanction pénale la plus sévère au Colorado deviendra la prison à perpétuité sans possibilité de remise de peine.

Ce dont le chef de file de la majorité démocrate, Alec Garnett, s'est félicité dans un communiqué :

"J'ai espoir en une société où l'on dépense des ressources pour la rééducation, pas dans les recours en appel ; dans le traitement des addictions, et pas dans les injections létales."

Désormais, la peine de mort reste en vigueur dans 22 États américains, à l'échelle fédérale ainsi que dans les juridictions militaires. L'an dernier, 22 exécutions ont été recensées aux Etats-Unis, concentrées dans sept Etats, quasiment tous situés dans le Sud conservateur et religieux du pays, notamment au Texas, où l'on a compté neuf exécutions.

UNION EUROPÉENNE | Feu vert des Européens à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et sous condition avec l’Albanie.

La route sera encore difficile et incertaine, mais les 27 ministres des Affaires européennes réunis en vidéoconférence ce mardi sont tombés d’accord pour lancer le processus de négociation. Le sujet avait profondément divisé les Européens il y a quelques mois. La France et les Pays-Bas, notamment, exigeaient que soit réformée la procédure d’adhésion jugée trop technocratique et peu efficace. Désormais les États-membres de l’Union pourront suspendre les négociations ou les reprendre à zéro sur certains chapitres politiques, en cas de manquements.

Plusieurs États européens demandaient également à l’Albanie et à la Macédoine du Nord des efforts en matière de lutte contre la corruption, d’indépendance de la justice et de respect de l’État de droit. Les progrès ont été salués mais ils devront se confirmer pour l’Albanie d’ici à la première séance de négociation, dont la date n’est pas encore connue.

Cet accord doit encore recevoir l’approbation formelle des 27 Etats Membres via une procédure écrite. Cela devrait être fait d’ici la fin de la semaine.

AFGHANISTAN | "Les États-Unis sont déçus par [Les dirigeants afghans]", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo après sa médiation, lundi à Kaboul, pour les aider à former un gouvernement d'union. Ses menaces de "couper 1 milliard [de dollars d'aide] supplémentaire en 2021" n'y ont rien fait : Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, qui se disputent toujours le poste de président en Afghanistan, n'ont annoncé aucun compromis mardi, alors que Mike Pompeo s'envolait pour Doha, où il a rencontré pour la première fois des chefs talibans.

MOZAMBIQUE | 64 migrants clandestins en provenance du Malawi ont été retrouvés morts mardi, vraisemblablement asphyxiés, dans un conteneur routier contrôlé dans le nord-ouest du Mozambique. 14 personnes ont survécu à ce drame, survenu sur l'une des routes les plus fréquentées par les migrants, notamment éthiopiens, qui cherchent à rallier l'Afrique du Sud dans l'espoir d'y trouver un emploi.

ÉTATS-UNIS | Les mémoires de Woody Allen finalement publiées. Après plusieurs semaines de polémique, un nouvel éditeur, Arcade Publishing, a accepté de publier l’autobiographie du célèbre réalisateur. Le livre, Apropos of Nothing ("À propos de rien"), devait initialement être vendu par Hachette, mais le groupe a renoncé en raison des critiques suscitées l’ouvrage. Il raconte l’enfance du réalisateur de 84 ans, sa carrière et sa famille. Des souvenirs qui ont scandalisé ses enfants. 

Sa fille adoptive, Dylan Farrow, accuse Woody Allen d’avoir abusé sexuellement d’elle lorsqu’elle avait 7 ans. Des faits qu’a toujours réfutés le réalisateur. Son fils, Ronan Farrow, journaliste lauréat du prix Pulitzer 2018, a toujours soutenu sa sœur. Il a menacé de ne plus travailler avec Hachette, ce qui a poussé l’éditeur à se retirer. Dans un communiqué, Jeannette Seaver, la cofondatrice d’Arcade Publishing, explique pourquoi elle a décidé de publier les mémoires de Woody Allen :

"En cette époque étrange, où la vérité est trop souvent balayée comme "fake news" nous éditeurs préférons laisser un artiste respecté s'exprimer, plutôt que de céder à ceux qui veulent le faire taire."

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.