Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce dimanche 10 mai, l'actualité internationale nous emmène notamment aux Galapagos, où l'on surveille les requins-marteaux, en Australie où un surfer a mis un requin en déroute, ou en Amérique latine, pour la retraite d'une éléphante.

Les îles Galapagos
Les îles Galapagos © Getty / .

La retraite d'une éléphante au Brésil | Mara, vieille éléphante née en Inde, a entrepris samedi un voyage qui va la mener de Buenos Aires à un sanctuaire au Brésil, où elle aura une vie meilleure.
Mara, qui a entre 50 et 54 ans, a passé la première partie de son existence comme animal de cirque, puis est arrivée en 1995 au jardin zoologique de Buenos Aires, transformé depuis en un Ecoparc où elle avait son habitat.
Son voyage de quelque 2.000 kilomètres, programmé depuis janvier, se déroule malgré la pandémie de coronavirus. Un protocole spécifique a été élaboré pour protéger l'animal et les équipes techniques qui assurent son transport.
La pachyderme, qui pèse 5,5 tonnes, est longue de 5 mètres pour une largeur de 2 mètres et une hauteur de 3 mètres. Elle se nourrit chaque jour d'une tonne de légumes, de fourrage et de canne à sucre.
Deux équipes techniques assurent le transfert. L'une appartient à l'Ecoparc de Buenos Aires et accompagnera l'éléphante jusqu'à la frontière, où une équipe envoyée par le sanctuaire brésilien la prendra en charge pour le reste du trajet.
Samedi, lors d'une opération qui a duré près de trois heures à l'Ecoparc, situé dans le quartier de Palermo à Buenos Aires, Mara a été installée dans une énorme caisse en bois construite spécialement, laquelle a été placée sur un camion à l'aide d'une grue. Sa destination finale est la Chapada de Guimaraes, dans le Mato Grosso, un Etat du centre-ouest du Brésil. C'est là que se trouve un sanctuaire pour éléphants de 1.200 hectares où Mara devrait finir ses jours. Le voyage devrait durer entre quatre et cinq jours, selon le communiqué de la municipalité de Buenos Aires.

Le parc national de la Chapada dos Guimaraes
Le parc national de la Chapada dos Guimaraes © AFP / YASUYOSHI CHIBA /

En Equateur, les zones de naissance occupées par les requins-marteaux des îles Galapagos recherchées par les scientifiques | Quinze femelles en gestation ont été équipées d'appareils pour localiser par satellite les zones de naissance des petits de cette espèce très menacée, a annoncé mardi la Fondation Charles Darwin (FCD).
L'objectif est de comprendre les routes migratoires de ces futures mamans vers les zones de naissance, qui sont probablement situées dans des mangroves de la côte Pacifique, du nord du Pérou jusqu'au sud du Mexique.
Aux Galapagos, dont la réserve marine abrite un sanctuaire de 38.000 km² pour protéger le requin-marteau, des chercheurs ont identifié des refuges naturels où sont élevés les petits, qui quittent ces zones lorsque leur développement est atteint.
Les requins-marteau, d'une faible capacité reproductive et dont la croissance est longue, sont gravement menacés car les plus jeunes sont capturés lors d'opérations de pêche artisanale près des zones où ils naissent.
Avec le marquage de ces quinze femelles, les chercheurs pourront connaître leurs mouvements en temps réel, a précisé la fondation.
Le Parc national a aussi marqué récemment cinq jeunes requins-marteau afin de connaître leur route migratoire depuis les Galapagos, dont la réserve maritime de 133.000 km² compte plus de 2.900 espèces.
Cet archipel, localisé dans l'océan Pacifique à 1.000 kilomètres de la côte équatorienne et qui a permis au naturaliste anglais Charles Darwin d'élaborer sa théorie de l'évolution, compte l'un des écosystèmes les plus fragiles de la planète, avec une faune et une flore uniques au monde.

Requin-marteau
Requin-marteau © Getty / .

Baleines et requins respirent, il n'y aura pas d'exploitation pétrolière en Australie pour le groupe norvégien Equinor | Le groupe norvégien Equinor a annoncé l'abandon de ses projets d'exploration pétrolière dans la Grande Baie australienne, devenant ainsi le troisième géant énergétique à renoncer à forer dans un secteur à la très riche biodiversité.
L'entreprise a estimé que ce projet, qui avait pourtant obtenu il y a deux mois le feu vert du régulateur australien, n'était "pas rentable d'un point de vue commercial", au regard d'autres projets d'exploration.
Le britannique BP avait renoncé à ses projets dans la Grande Baie en 2016 et l'américain Chevron avait fait de même l'année suivante.
Le ministre australien des Ressources Keith Pitt a estimé que cette décision était "extrêmement décevante", en particulier pour l'Etat d'Australie-Méridionale où le projet devait générer de nombreux emplois.
La sénatrice des Verts australiens Sarah Hanson-Young a quant à elle parlé d'une"énorme victoire" pour l'environnement, de même que pour les secteurs du tourisme et de la pêche en Australie-Méridionale.
La Grande Baie est une zone de vêlage pour les baleines franches australes et un sanctuaire pour le grand requin blanc, le grand cachalot, le lion de mer australien, l'albatros ou l'aigle pêcheur.

Le port d'Adelaïde sur la grande baie d'Australie
Le port d'Adelaïde sur la grande baie d'Australie © Getty / .

Ouf de soulagement pour un surfeur français en Australie | Il a survécut à une attaque de requin.  Dylan Nacass, 23 ans, surfait à Bells Beach, une plage de la région de Melbourne, quand le squale l'a attaqué vendredi, a rapporté 9News samedi.  Une vidéo montre un requin à proximité de deux hommes qui nagent sur leur planche vers le rivage.
"Je lui mets un coup de poing, il me reste dans les pattes. Deux fois, après il s'en va", a raconté le jeune homme en anglais à la chaîne de télévision australienne.
Un habitant du coin, Matt Sedunary, a expliqué avoir accouru dans l'océan pour aider le jeune Français après avoir compris qu'il était en difficulté.  "Il a commencé à crier, honnêtement j'ai pensé qu'il blaguait avec ses amis", a-t-il déclaré. Mais il a songé : "Je ne vais pas laisser tomber ce mec. La plupart des gens feraient pareil".
La vidéo a été filmée par un Australien, Graham Blade, qui a dit avoir rapidement saisi que c'était une attaque de requin. "Je l'ai vu apparaître derrière lui et j'ai su que c'était vraiment ça".
Dylan Nacass en a été quitte pour des éraflures et des points de suture.  L'Australie est l'un des pays où les attaques de requins sont les plus fréquentes, avec 27 l'an dernier selon le zoo de Taronga à Sydney. Les morts sont rares : il n'y en avait pas eu en 2019, mais déjà deux en 2020.  "Je veux vraiment y retourner rapidement. Dès que ma jambe sera... c'est bon, je vais retourner surfer bientôt", a promis le surfer.
 

Luxembourg | Charles Jean Philippe Joseph Marie Guillaume est né. L'enfant pèse 3,190 kg et mesure 50 cm. La famille grand-ducale et le gouvernement luxembourgeois ont annoncé dimanche la naissance de ce premier enfant du Grand-Duc héritier. Il sera amené un jour à prendre la tête de l'Etat.  Premier enfant du couple héritier, cinquième petit-enfant de son Altesse royale le Grand-Duc Henri (et quatrième garçon), le bébé est né dimanche peu après 5 heures du matin.

Fils du Grand-Duc Héritier, le Prince Guillaume, et de son épouse Stéphanie, le garçon se prénomme Charles Jean Philippe Joseph Marie Guillaume.  La naissance du premier enfant du couple héritier a été saluée par 21 coups de canon tirés par une batterie d'artillerie mise en place par l'armée sur les hauteurs du Fort Thüngen.
Au Luxembourg, le rôle du grand-duc est purement représentatif. D'après l'article 33 de la Constitution, il exerce seul le pouvoir exécutif, mais l'article 45 stipule que tous ses actes doivent être contresignés par un ministre, qui en prend la responsabilité politique. Dans la pratique, il se limite donc à respecter les décisions du gouvernement et des députés.

Le Prince Guillaume et son épouse Stéphanie
Le Prince Guillaume et son épouse Stéphanie © AFP / THIERRY ROGE / BELGA MAG / Belga
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.