Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce vendredi 22 mai, l'actualité internationale nous emmène dans l'Atlantique, au Portugal, aux États-Unis, en Arabie Saoudite et tout d'abord à Hong Kong.

Des manifestants pro-démocratie protestent le 22 mai à Hong Kong contre "la destruction du principe d'un pays/deux systèmes" par la Chine
Des manifestants pro-démocratie protestent le 22 mai à Hong Kong contre "la destruction du principe d'un pays/deux systèmes" par la Chine © AFP / Anrhony Wallace

HONG-KONG | Vers la fin de l’autonomie de Hong Kong. En annonçant sa volonté d’imposer à Hong Kong une loi sur la "sécurité nationale", la Chine a ravivé la colère des manifestants pro-démocratie hong kongais qui voient dans cette décision l'une des pires attaques menées contre l'autonomie du territoire. Des appels à manifester ont déjà été lancés sur les réseaux sociaux pour ce dimanche. Des manifestations ont eu lieu dès vendredi.

La proposition de loi sur la sécurité, qui a été déposée ce vendredi matin à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire de Chine, le Parlement chinois, vise à interdire "la trahison, la sécession, la sédition et la subversion". Objectif de Pékin : lutter contre les activités sécessionnistes, subversives et terroristes ainsi que contre les ingérences étrangères. Les services de sécurité et de renseignements chinois (qui ne peuvent pas à l'heure actuelle intervenir à Hong Kong) pourraient si nécessaire établir des antennes dans la ville pour défendre la sécurité nationale.

"On tue Hong Kong, c'est la fin du principe "Un pays, deux systèmes".  C'est la pire chose qui pouvait arriver à Hong Kong depuis la rétrocession, a estimé le député pro-démocratie Dennis Kwok lors d’une conférence de presse."

Hong Kong a été rétrocédée par le Royaume-Uni à la Chine en 1997 aux termes d'un accord qui garantit au territoire jusqu’en 2047 de rester sous le système capitaliste britannique. Une garantie d'autonomie et de liberté qui n’ont pas cours en Chine continentale, comme par exemple la liberté de manifester. Mais le texte présenté ce vendredi par l'Assemblée populaire de Chine revient donc sur cet accord. 

Pour Joshua Wong figure du Mouvement des parapluies, et d'autres militants, la décision de Pékin de faire adopter ce texte par le Parlement chinois est un moyen de contourner le Parlement hong kongais et de faire taire par la force et la peur les opposants au régime de Hong Kong qui ont manifesté cette dernière année :

Ce projet pourrait compliquer un peu plus les relations entre Pékin et Washington, déjà marquées par de fortes tensions commerciales. Le président américain Donald Trump, qui n’a jamais caché son soutien aux militants pro-démocratie de Hong Kong, a prévenu que Washington réagirait "très fortement" si Pékin allait au bout de ce projet. 

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, s’est déclarée prête de son coté à "coopérer pleinement avec Pékin dès que possible" afin d’appliquer cette loi sur la sécurité nationale.

ÉTATS-UNIS | L'auteur de la vidéo du meurtre d'un homme noir en Géorgie arrêté. La vidéo du meurtre d'un jeune joggeur noir non-armé le 23 février dernier par deux hommes dans un pick-up avait permis d’interpeller un père et son fils, les Mc Michael, le 7 mai dernier, soit deux mois après les faits. Sur cette vidéo, dévoilée tardivement par un témoin, on peut voir le pick-up bloquer la route du jeune homme, puis le fils McMichael descend du véhicule, se bat avec Ahmaud Arbery. Ensuite, on peut entendre trois coups de feu. 

Ahmaud Arbery, 25 ans, s'écroule. L'homme qui a tourné cette vidéo, William Bryan, a affirmé dans les médias avoir dévoilé ces images pour offrir "paix et justice à la famille de la victime". Or, William Bryan, 50 ans, vient d'être inculpé lui aussi pour meurtre et placé en détention, rapporte la police de l’État de Georgie dans un communiqué. De son coté,  la famille de la victime a toujours pensé que William Bryan était bien plus un complice qu'un simple témoin qui passait par là. Il était ami des McMichael.

Les images révélées tardivement ont bouleversé le pays, et de nombreuses personnalités ont apporté leur soutien à la famille d'Ahmaud Arbery dans sa recherche de la vérité, comme le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden ou la star de basket LeBron James. Ils ont critiqué le fait que personne n'ait été arrêté à la suite de ce meurtre et que ce ne soit qu'après la diffusion des images sur les réseaux sociaux que les choses ont bougé.

USA : Manifestation en soutien à la famille d'Ahmaud Arbery devant le palais de justice de Brunswick, Georgie, le 8 mai, après l'arrestation de deux hommes.
USA : Manifestation en soutien à la famille d'Ahmaud Arbery devant le palais de justice de Brunswick, Georgie, le 8 mai, après l'arrestation de deux hommes. © AFP / Sean Rayford / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

L'État de Géorgie fait partie des États anciennement ségrégationnistes. Aujourd'hui encore, les tensions raciales et le racisme y sont omniprésents. 

ARABIE SAOUDITE | Les enfants du journaliste Jamal Khashoggi pardonnent aux meurtriers de leur père. Les enfants de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien assassiné en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, ont annoncé qu'ils pardonnaient aux tueurs de leur père. 

"Nous, les fils du martyr Jamal Khashoggi, annonçons que nous pardonnons à ceux qui ont tué notre père", a écrit sur Twitter Salah Khashoggi, fils de l'ancien journaliste du Washington Post.

Âgé de 59 ans, Jamal Khashoggi, avait été un proche du régime saoudien avant d'en devenir l'un des critiques les plus sévères. Journaliste pour le Washington Post, il a été assassiné le 2 octobre 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul en Turquie. 

Selon la Turquie, Khashoggi a été étranglé puis son corps a été démembré lors d'une mission opérée par une équipe de quinze personnes.  

OURAGANS | La saison 2020 devrait voir défiler un nombre de tempêtes et ouragans supérieur à la moyenne au dessus de l'Atlantique. 

Selon Neil Jacobs, responsable de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), la saison 2020 des ouragans sera probablement "au-dessus de la normale" dans l’Atlantique.  Selon cette agence dépendant des services météo américains, il y a 60% de risques que la saison compte  entre 13 et 19 tempêtes tropicales, dont six à dix pourraient se transformer en ouragans. Et trois à six de ces ouragans pourraient être des ouragans majeurs, de catégorie 3, avec des vents d’au moins 178 km/h. 

Les prévisions de la saison 2020 des ouragans au dessus de l'Atlantique sont préoccupantes
Les prévisions de la saison 2020 des ouragans au dessus de l'Atlantique sont préoccupantes / NOAA

La moyenne annuelle est de six ouragans, dont trois majeurs. Les spécialistes en attendent donc le double.
La saison dure officiellement du 1er juin au 30 novembre. Mais elle a débuté en avance, la semaine dernière, avec la tempête tropicale Arthur passée au dessus de la Caroline du Nord aux Etats-Unis. 

PORTUGAL | Le président en short fait le buzz. Il s'appelle Marcelo Rebelo Sousa, et il est président du Portugal. Il a été photographié faisant la queue dans un supermarché, sans garde du corps. De quoi surprendre pour un leader. Mais de plus, il était en short, très décontracté. Il n'en n'a pas fallu plus pour agiter la toile. 

L'image n'a en réalité pas vraiment surpris au Portugal :

"L’image a davantage surpris le reste du monde selon le quotidien espagnol El País, car dans son pays, l'homme est vu comme proche du peuple."

Mais Courrier International rappelle que "sur les réseaux sociaux portugais, certains y voient une pose populiste, calculée, alors que sa nouvelle candidature aux élections présidentielles de janvier 2021, quasi certaine, fait déjà les gros titres de la presse".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.