Chaque jour, cinq infos du monde garanties sans Covid-19 | Ce mercredi 27 mai, l'actualité internationale nous emmène aux États-Unis où quatre policiers viennent d’être renvoyés après la mort d’un homme noir lors d’une interpellation, et au Vatican qui annonce la canonisation d’un Français.

Manifestation à Minneapolis le 26 mai 2020 après la mort de George Floyd, un noir américain lors de son interpellation par quatre policiers
Manifestation à Minneapolis le 26 mai 2020 après la mort de George Floyd, un noir américain lors de son interpellation par quatre policiers © AFP / Getty Images North America / Stephen Maturen

USA | Quatre policiers limogés après la mort d’un homme noir à Minneapolis lors d’une interpellation. Les images prises par un passant et largement diffusées sur les réseaux sociaux mardi sont terribles. On y voit George Floyd, un homme noir américain de 46 ans, non armé, plaqué au sol par un policier. L’agent le bloque avec ses bras et son genou maintien l’homme à terre en lui appuyant sur le cou. George Floyd supplie, dit qu’il a mal, qu’il ne peut plus respirer, puis il hurle "mama, mama" comme s’il savait qu’il allait mourir. Le policier, lui, reste impassible en appuyant sur les cervicales de George Floyd pendant un long moment. George Floyd mourra quelques instants plus tard à l’hôpital. Le policier et ses 3 collègues présents lors de l’interpellation ont été limogés ce mardi

"Rien de ce que j’ai vu ne va", a dit le maire de Minneapolis qui a licencié les 4 policiers. Le FBI mène une enquête. Le bureau du procureur va déterminer s’il entame des poursuites. Des manifestants se sont rassemblés par milliers dans les rues de Minneapolis pour réclamer "justice pour George Floyd". Le hashtag #JusticeForGeorgeFloyd est parmi les Twitter trendings du jour. La star du basket LeBron James et les rappeurs Snoop Dogg et Ice Cube ont également exprimé sur les réseaux sociaux leur condamnation de ces violences policières. La mort de George Floyd intervient quelques jours après la diffusion d’une vidéo montrant le meurtre d’un autre homme noir non armé, Ahmaud Arbery, par deux hommes blancs dans l’État de Georgie.

ALLEMAGNE | De plus en plus de crimes politiques. 14,2% en 2019. Un total de plus de 41 000 cas contre 36 000 l’année précédente (de l’insulte au meurtre, en passant par les crachats et les agressions physiques) d’après des chiffres publiés mercredi. Les crimes et délits motivés politiquement sont en hausse en Allemagne. Dans le détail, un peu plus de la moitié d’entre eux sont commis par des individus se réclamant de l’extrême-droite (22 342 cas, 9,4% par rapport à 2018).  Leurs actes visent en général la communauté juive. Ces actes antisémites enregistrent une augmentation de 13% sur un an.  

L’attaque brutale de la synagogue de Halle (Saxe-Anhalt) le jour de Yom Kippour en octobre 2019 a secoué le pays tout entier et engagé les autorités à prendre des mesures contre ces extrémistes de droite en augmentant les moyens dédiés à la surveillance, notamment d’Internet. Le ministre de l’intérieur, Horst Seehofer, qui commentait ces chiffres, a qualifié "l’extrémisme de droite comme la plus grande menace (contre les Juifs)" et appelait à "la plus grande vigilance". 

Les actes islamophobes sont eux aussi en hausse de 4,4%. Le ministre s’est aussi inquiété d’attaques répétées contre des élus politiques, rappelant l’assassinat à son domicile d’un élu de la CDU, Walter Lübcke, en juin 2019 près de Kassel (Hesse). L’homme était connu pour ses positions favorables à l’accueil des migrants.

Seul satisfecit des autorités allemandes, la baisse de 27% des actes de violence perpétrés par des individus se réclamant de l’islam radicale. Une décrue attribuée à la perte d’influence du groupe Etat islamique et à l’interdiction en Allemagne de plusieurs associations islamistes extrémistes.

RUSSIE | 40 tonnes de fromages européens saisies par les douanes. Chacun sait en Russie et à l’étranger que de réputation, le FSB, en l’occurrence les services secrets, ne sont pas très "coulants". Une nouvelle preuve vient d’en être apportée mercredi avec la saisie, près de Saint Pétersbourg, de 40 tonnes de fromages issus de l’Union Européenne. Les fromages ont été saisis dans quatre conteneurs censés contenir "des matériaux de construction", à l'issue d'une opération "des douaniers de la Baltique et des représentants du FSB", les services secrets russes, selon un communiqué des douanes. 

Depuis qu’elle fait l’objet de sanctions occidentales après l’annexion de la Crimée en 2014, la Russie applique la réciprocité et impose ses embargos notamment dans le domaine agro-alimentaire. Le fait que le FSB, qui a en charge le contrôle de toutes les frontières du pays, appuie les douanes russes dans cette affaire n’a rien d’étonnant. En revanche, la communication à grande échelle de cette opération vise à rappeler qu’aucune largesse ne sera tolérée, tant que l’Union Européenne ne fera pas un geste d’ouverture. 

Pour autant, à condition d’y mettre le prix, quelques fromages français ou italiens sont accessibles en Russie, en petites quantités et de façons irrégulières, à Moscou notamment. Les approvisionnements s’effectuent par le biais d’importations de particuliers qui contournent les réglementations au bénéfice de certains distributeurs. Des mécanismes combattus par les douanes russes afin de protéger les productions locales, en progrès, mais encore loin de la qualité européenne.

VATICAN | L’ermite du désert Charles de Foucauld bientôt canonisé. Annoncée mercredi, la décision du pape François de reconnaître un miracle attribué à Charles de Foucauld ouvre la voie à la prochaine canonisation du "frère universel", déjà béatifié en 2005 par Benoît XVI. 

Né en 1858 à Strasbourg dans une famille d’aristocrates, officier de cavalerie dans l'armée française, explorateur au Maroc, Charles de Foucauld a d'abord mené une vie tumultueuse. Il s’est ensuite consacré à une existence de foi et d'évangélisation par l'exemple, d'abord chez les moines Trappistes en Syrie et en Palestine, puis en ermite au milieu des Touaregs dans le Sahara algérien au début du 20e siècle. 

Il est le père d’une vaste famille spirituelle qui ne compte pas moins de douze congrégations religieuses et huit associations de vie spirituelle. Mais il est aussi devenu une référence dans la connaissance des Touaregs, rédigeant notamment un "Dictionnaire touareg-français, dialecte de l'Ahaggar" qui fait encore autorité aujourd'hui. Charles de Foucauld a laissé derrière lui de nombreux écrits, notamment des lettres à ses proches et des "cahiers" de ses réflexions quotidiennes. Il est mort assassiné en 1916 à Tamanrasset, dans le sud désertique algérien.

HONGRIE | Le derby de foot de Budapest entre les "bourgeois" du MTK et les "communistes" de Honved. Le championnat de foot a repris en Hongrie avec une rencontre entre deux frères ennemis. Au terme de deux matches peu passionnant (0-0 à l'aller et au retour) c'est finalement Honved qui se qualifie aux tirs au but pour la finale de la Coupe de Hongrie. 

Historiquement, on ne peut pas faire plus éloigné que ces deux clubs là. Le MTK créé en 1886 sous l’Empire Austro-hongrois, est un club des beaux quartiers du centre-ville de Budapest. Pendant la montée du nazisme, il est aussi surnommé à tort, le "club des juifs", et même interdit pendant la guerre. Encore aujourd’hui, en réaction, des supporters du MTK agitent des drapeaux israéliens. 

Du côté du Honved, c'est une autre histoire. Le club a au passé communiste, son nom signifie "Le défenseur de la Patrie". Il a été créé par l'armée de la République Populaire de Hongrie en 1949. Le Honved a besoin d'un récit parce que les quatre autres clubs professionnels de Budapest ont une vieille histoire. Le Honved s’attache donc à montrer que le socialisme a permis à des paysans et des ouvriers de monter dans la société d'après-guerre. Pour l’instant, au palmarès du championnat de foot de la Hongrie, c’est en tout cas le MTK qui gagne (23 fois champion contre 13 titres pour le Honved).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.