L'organisation humanitaire britannique Oxfam, au coeur d'un scandale sexuel concernant les agissements de plusieurs de ses employés, voit le nombre de ses soutiens se réduire à peau de chagrin. Le rôle de ses ambassadeurs notamment, stars et personnalités, est devenu difficile à tenir.

 L'animatrice télé Giada De Laurentiis, les acteurs Emile Hirsch and Minnie Driver à la fête annuelle donnée par Oxfam en 2008 à Los Angeles
L'animatrice télé Giada De Laurentiis, les acteurs Emile Hirsch and Minnie Driver à la fête annuelle donnée par Oxfam en 2008 à Los Angeles © Getty / Barry King/WireImage

Comment réagir au scandale Oxfam, ONG britannique fondée après la seconde guerre mondiale, et qui avait réussi à se bâtir, à la force d'une stratégie patiente, une image d'organisation caritative intègre ? La question a du mal à trouver une réponse convenable chez les ambassadeurs officiels de l'organisation, chanteur, acteur, ou personnalités diverses, qui n'ont pas tous, au lendemain des révélations de dérives sexuelles de ses employés, adopté le même positionnement.

Les sanguins

Après ces révélations, certains ont choisi de se désolidariser immédiatement de l'organisation, comme le chanteur sénégalais Baaba Mal, l’archevêque sud-africain et Prix Nobel de la paix Desmond Tutu, ou l'actrice Minnie Driver, très active au nom d'Oxfam, et qui s'est dit "dévastée" par ce scandale :  

Les prudents

Sous le choc des révélations, plusieurs d'entre eux ont adopté la position discrète de l'observateur, sans publier leurs états d'âme par voie de presse ou de réseaux sociaux. Sur les canaux de diffusion officiel (Twitter, Facebook), silence radio, pour l'instant, chez l'acteur espagnol Gael Garcia Bernal, qui s'est engagé sur le terrain avec Oxfam, avec une visite en Syrie en 2013 ou une série de vidéos en 2016, ou encore chez la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, personnalité d'influence sur tout le continent africain. 

Aucune déclaration publique non plus de la part du mannequin Helena Christensen, ou de l'actrice Helen Mirren. La comédienne américaine Kirstin Davis ("Sex and the city") a pris ses distances en expliquant qu'elle n'avait plus collaboré depuis longtemps avec Oxfam sur le terrain, se consacrant surtout à son rôle d'ambassadrice dans d'autres ONG.

Sollicité sur la question, Chris Martin, le chanteur du groupe Coldplay, très engagé avec Oxfam au point d'avoir associé l'ONG aux tournées de son groupe depuis une quinzaine d'années, a fait savoir qu'il ne faisait aucun commentaire : 

Même réponse laconique de la part de l'entourage du comédien britannique Bill Nighty ("Love actually", "Good Morning England") : 

Ceux qui restent malgré tout

Certains des ambassadeurs Oxfam, actifs ou pas, mais qui sont encore à ce jour mentionnés sur le site de l'ONG, ont condamné les dérives au sein de l'organisation, sans pour autant ne plus vouloir y être associé. A l'image de l'acteur Simon Pegg, interrogé lors d'une soirée de gala, qui a livré un jugement pondéré, estimant que les bénéficiaires d'Oxfam sur le terrain "ne devaient pas payer pour les mauvaises actions de ses dirigeants" : 

De la même manière, Livia Firth, épouse de l'acteur Colin Firth et gourou eco-responsable dans le monde de la mode, qui estime que l'oeuvre d'Oxfam sur le terrain ne doit pas être dévalorisée par les dérives de ses salariés : 

Enfin, le festival de rock de Glastonbury, en Angleterre, a fait savoir, par la voix de son organisatrice Emily Eavis, qu'il poursuivait son partenariat avec Oxfam, pour encore "de nombreuses années". Le fondateur de Glastonbury, Michael Eavis, avait fait savoir quelques jours plus tôt, lors de la soirée des NME Awards : “C'est comme au NHS (Système de santé britannique), où vous pouvez avoir une poignée de docteurs douteux, pour autant ça ne discrédite pas tout le travail de la NHS? Alors pourquoi cela affecterait Oxfam?"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.