[scald=114147:sdl_editor_representation]BEYROUTH (Reuters) - L'opposition syrienne n'a pas signalé de combat depuis l'heure fixée pour l'entrée en vigueur du cessez-le-feu négocié par l'émissaire international Kofi Annan.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a fait état d'explosions à Zabadani, près de la frontière libanaise, peu après l'échéance, prévue à 06h00 (03h00 GMT) ce jeudi, mais dit en ignorer la cause.

Selon une habitante, la ville a été bombardée dans la nuit, mais aucun tir n'a retenti depuis 06h00. La situation est également calme à Homs et à Hama, deux des principaux foyers de contestation, rapportent des opposants locaux.

Le gouvernement syrien a assuré à Kofi Annan qu'il respecterait le cessez-le-feu tout en se réservant un droit de riposte, a annoncé mercredi à Genève Ahmad Fawzi, porte-parole de l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe.

Aucun retrait des forces gouvernementales déployées dans les centres urbains n'a en revanche été constaté, malgré les engagements de Damas.

Mariam Karouny, Jean-Philippe Lefief pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.