En France, l'utilisation du pass sanitaire dans les commerces, les lieux de restaurations et les établissements culturels va entrer en vigueur. Mais nos voisins ne font pas tous les mêmes choix : au Danemark, cette mesure a été généralisée dès avril, alors qu'en Belgique elle ne semble pas envisageable.

Des clients Danois en terrasse dans un restaurant de Copenhague, le 21 juin 2021.
Des clients Danois en terrasse dans un restaurant de Copenhague, le 21 juin 2021. © AFP / VLADIMIR PESNYA

Le pass sanitaire sera effectif dans quelques jours, et pour beaucoup de Français, c'est encore la course aux rendez-vous de vaccination. Si ce sésame déchaîne les passions en France, où en est-on chez nos voisins européens ? Pass sanitaire déjà en place, vaccination conseillée mais non contrôlée, absence de vérification : chacun ses restrictions.

Danemark : pionnier du pass sanitaire

Depuis le 21 avril 2021, les Danois profitent de la réouverture des bars, cafés, restaurants, musés et bibliothèques grâce à un "Coronapas". Ce document, en format papier, est obligatoire pour les plus de 15 ans. Il permet de justifier d'un vaccin complet, d'un test négatif de moins de 72 heures, ou d'une infection au Covid-19 dans les 12 semaines précédentes.

Au Danemark, cette mesure a bien été accueillie par la population dans son ensemble. Exception faite des "Men in Black", un groupuscule de protestataires habillés en noir qui manifeste régulièrement depuis décembre 2020 contre l'ensemble des restrictions sanitaires.

Autriche et Lituanie : des "documents d'entrée" et des certificats

En Autriche, les clients doivent, eux aussi, pouvoir prouver leur faible risque épidémiologique via un test PCR négatif ou un certificat de vaccination pour toutes les activités en contact avec un public : restaurant, hôtels, théâtre, concert, stade ou gymnase... grâce à des "documents d'entrée" à l'allure de pass sanitaire. Des mesures, plus strictes, peuvent s'appliquer en supplément dans les différentes régions autrichiennes en fonction de l'évolution de la situation.

En Lituanie, si le "certificat national" n'est pas obligatoire, il a un rôle de facilitateur. Il permet par exemple l'organisation d'événements sans limitation du nombre de participants à l'extérieur, ou sans jauge limite de 75% à l'intérieur. En revanche, il n'est pas demandé à l'entrée des lieux de restauration ou de culture.

Italie : un "Green Pass" plus flexible qu'en France

Le 22 juillet, l'Italie a annoncé mettre en place un pass sanitaire dans les deux semaines pour enrayer la propagation du coronavirus. Un "Green Pass" délivré grâce à une unique dose de vaccin, ou un test négatifs, et qui sera demandé à l'entrée des salles de sport, des stades, des théâtres et cinémas, des musées, ou encore à l'intérieur des restaurants. L'amende en cas de non-respect varie entre 400 et 1 000 euros. 

En revanche, pas de pass obligatoire en terrasse, ni même au comptoir du bar, et le sujet des transports, de l'école ou du travail est en cours de discussion jusqu'au 6 août 2021.

Malte : vaccination obligatoire pour les touristes étrangers

Depuis janvier 2020, Malte caracole en tête des pays avec le plus fort taux de vaccination d'Europe. Une première place (86 % le 18 juillet 2021), loin devant le Danemark et la Belgique, deuxièmes de la liste, qui plafonnent autour de 67%.

Mais avec l'arrivée des grandes vacances et des touristes, l'archipel a durci les conditions d'entrée sur son territoire. Depuis le 14 juillet, seuls les voyageurs ayant reçu deux doses de vaccin depuis plus de 14 jours sont acceptés. En cas d'absence de certificat de vaccination, il faut présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures, puis rester en quatorzaine.

Pourtant au quotidien, pas de pass sanitaire. En revanche, des normes spécifiques et strictes existent pour chaque type de lieux accueillants du public (coiffeurs, esthéticiennes, hôtels, musés, lieux de cultes, transports de voyageurs, etc.)

Allemagne et Portugal : des décisions adaptées localement

En Allemagne, le taux d'incidence du virus dans le pays conditionne les restrictions au niveau national et dans chacun des 16 Länder. Si aucun pass sanitaire n'est exigé dans les établissements recevant du public, la population reste encouragée à se procurer l'application CovPass pour télécharger le passeport sanitaire européen. Connu désormais sous le nom de "certificat numérique européen Covid" ou "UE digital Covid" en anglais, il permet surtout de voyager dans les pays voisins.

Le Portugal gère lui aussi ses restrictions à l'échelle de ses comtés. Dans les zones plus touchées, le certificat numérique européen est demandé à l'entrée des restaurants et des hébergements. En cas de non-vaccination, un test négatif peut suffire, à condition de respecter les bons timings. Moins de 72 heures pour un test PCR, moins de 48h pour un test antigénique fait en laboratoire, moins de 24h pour un test antigénique fait par un professionnel de santé, et directement sur place pour un autotest.

Bulgarie et Espagne : l'importance du taux de vaccination

Et puis il y a les pays moins exigeants. En Bulgarie, où le taux de vaccination très bas (moins de 20%) empêche la mise en place d'un pass sanitaire, seuls les gestes barrières et les jauges dans les lieux publics sont exigés. Idem pour l'Espagne qui, avec un taux de vaccination supérieur d'environ 8 points à la France ne met en place aucun pass sanitaire.

Grande-Bretagne : inflexion face à la flambée des contaminations

Ni certificat de vaccination, ni test négatif ne sont demandés pour l'instant au Royaume Uni, où la levée récente des restrictions sanitaires est vécue comme un vent de liberté. Mais la courbe des contaminations qui continue d'augmenter a incité lundi le gouvernement britannique à annoncer l'instauration en septembre un pass sanitaire prouvant une vaccination complète contre le coronavirus à l'entrée des établissements accueillant un public nombreux, comme les discothèques. Un test négatif ne sera plus suffisant, a précisé le Premier ministre Boris Johnson.