Les Brics : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, tiennent leur sommet annuel des pays émergents depuis ce dimanche à Xiamen en Chine.

Les dirigeants des BRICS, réunis en 2016 à Hangzhou en Chine : Michel Temer, Narendra Modi, Xi Jinping, Vladimir Poutine, et Jacob Zuma,
Les dirigeants des BRICS, réunis en 2016 à Hangzhou en Chine : Michel Temer, Narendra Modi, Xi Jinping, Vladimir Poutine, et Jacob Zuma, © AFP / Sputnik / Sergey Guneev

Ils sont coutumiers de taux de croissance proches des deux chiffres. Le groupe que forment ces cinq pays – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – a même droit à un nom, l'acronyme "Brics", formé des initiales du nom de ces même pays en anglais (Brazil, Russia, India, China, South Africa).

Les Brics, qui représentent près de la moitié de la population mondiale et plus de 20% du produit intérieur brut (PIB) mondial, se réunissent depuis 2011 pour un sommet annuel. Cette année la réunion se tient à Xiamen en Chine. Mais avant les Brics, il y a déjà eu les Bric. Le groupe qui comptait alors quatre pays, a été rejoint en 2011 par l'Afrique du Sud.

Les chefs d'Etat des Brics, réunis jusqu'à mardi, seront rejoints par la Thaïlande, le Mexique, l'Egypte, la Guinée et le Tadjikistan en tant que pays observateurs, pour discuter d'un plan "Brics Plus" prévoyant l'élargissement éventuel du bloc créé en 2009.

Les Brics pèsent à eux cinq 42 % de la population de la planète, près du quart de sa richesse et les deux tiers de sa croissance.

Ils seraient à l’origine de plus de 50 % de la croissance économique mondiale au cours des dix dernières années. Trois des cinq Brics font partie des dix premières puissances économiques mondiales et l'un y était encore il y a peu (Chine 2e, Brésil 7e, Inde 9e et Russie 12e). L'Afrique du Sud, première puissance du continent africain, est elle classée parmi les 40 plus importantes économies de la planète (38e rang).

Les Brics disposent depuis l’été 2015, de leur propre banque de développement. La Nouvelle Banque de développement (NDB), dont le siège est à Shanghai, est une institution conçue comme une alternative à la Banque mondiale, accusée d'être par trop entre les mains des Occidentaux.

Les Brics représentent une population de 3 milliards d’habitants

3 milliards d'habitants, soit 42 % de la population mondiale, à comparer à la population des pays membres de l'Otan : 992 millions d'habitants, soit 14 % de la population mondiale.

La croissance des pays émergents a tout de même connu quelques difficultés

Même les Brics ont eu leur part de difficultés ces derniers temps. Dans ses perspectives de l'économie mondiale 2017, le FMI note que la croissance la plus rapide est celle de l'Inde, suivie de près par la Chine. Si l'Inde affiche un taux de croissance supérieur à 7 %, Afrique du Sud et Brésil sont à la peine, notamment, en raison d'incertitudes sur le plan politique pour les deux pays et de la baisse des cours des matières premières.

Après deux années de récession, la Russie devrait se contenter de + 1,4 % pour chacune des deux années à venir.

La Chine, pays le plus peuplé, est économiquement aujourd'hui deuxième derrière les États-Unis (3e pays en termes d'habitants mais quatre fois moins peuplé), mais devrait demain lui ravir la première la place après quatre décennies d'une croissance annuelle supérieure à 4 %. Le FMI l'estime à 6,7 % pour 2017.

En ouvrant le sommet, le président chinois a défendu le concept des Brics, dont la pertinence a pu paraître émoussée après le ralentissement de la croissance de ses pays membres. "Le développement des marchés émergents et des pays en développement ne menace le fromage de personne mais permettra en revanche de faire grossir le gâteau économique mondial", a-t-il dit.

Mais quelques soient les difficultés rencontrées par certains pays des Brics, leur croissance a toujours de quoi faire rêver nos pays, tellement avancés, de la vieille Europe.

Perspectives de l'économie mondiale 2017
Perspectives de l'économie mondiale 2017 / FMI
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.