[scald=24891:sdl_editor_representation]MADRID (Reuters) - La plus haute juridiction pénale espagnole a condamné vendredi l'ex-chef présumé de l'appareil militaire de l'ETA Garikoitz Aspiazu Rubina, dit "Txeroki" ou "Cherokee", à une peine de 377 années de prison.

"Txeroki", qui avait été arrêté en novembre 2008 dans les Pyrénées françaises, a été reconnu coupable par l'Audience nationale espagnole de vingt délits "de tentatives d'assassinats terroristes" et "d'actes terroristes".

Parmi ces délits, il a été condamné pour avoir tenté d'assassiner la maire de la municipalité de Portugalete, en Biscaye, dans le nord de l'Espagne.

"Txeroki" a rejoint l'ETA en 2000, en entrant dans le "comando Ituren". Il a ensuite intégré le "comando K-Olaia", responsable de plusieurs attentats entre 2001 et 2003, avant de devenir chef militaire de l'organisation séparatiste jusqu'à son arrestation en 2008.

Après quarante ans de lutte pour l'indépendance et l'unification du Pays basque espagnol et français, l'ETA, dont le dernier attentat mortel remonte à l'été 2009 à Majorque, est considérablement affaibli après de nombreuses arrestations réalisées par la police.

L'ETA a décrété en janvier un cessez-le-feu.

Inmaculada Sanz; Benjamin Massot pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.