Jour de brume polluante à Pékin
Jour de brume polluante à Pékin © Reuters / Jason Lee

La capitale du plus important émetteur mondial de gaz à effet de serre suffoque depuis plusieurs jours sous le "smog", ce brouillard polluant qui recouvre la ville. Les autorités ont décidé plusieurs restrictions pour ses 21 millions d'habitants.

Le parallèle avec la COP21, la conférence mondiale sur le climat à Paris, est glaçant : alors que les dirigeants du monde entier (et en particulier ceux de la Chine) sont réunis pour tenter de réduire l'impact de l'homme sur le climat, la capitale chinoise vit l'un des plus importants pics de pollution de son histoire. Un épais brouillard polluant dû, selon les autorités, aux "véhicules à moteur" (mais aussi, sans doute, à la consommation de charbon, en pleine explosion à l'approche de l'hiver) recouvre la ville depuis plusieurs jours, provoquant l'inquiétude et la colère de la population.

La semaine dernière, la capitale chinoise était restée en alerte "orange". L'alerte "rouge", inédite, est déclenchée lorsqu'une "forte pollution se maintient durant trois jours consécutifs".

Des centaines de milliers de décès prématurés

Pour réagir et tenter d'apaiser l'exaspération des Pékinois, le gouvernement a donc décidé de mettre en place plusieurs mesures. En premier lieu, la circulation alternée pour les voitures des particuliers mais aussi des officiels (sauf les véhicules électriques). Temporairement, 30 % des véhicules de fonction des autorités locales seront aussi retirés de la circulation.

Les habitants pourront compter sur 200 bus (électriques ou hybride pour la plupart) supplémentaires dans les rues de la ville afin de ne pas pénaliser les déplacements.

Les écoles et collèges sont également incités à suspendre leurs cours.

Globalement, ces premières mesures ont eu l'effet escompté sur le moral de la population : sur Internet, les Chinois saluent l'attitude enfin positive du gouvernement, qui "montre enfin qu'il prend à coeur la lutte contre ce fléau". D'autres ironisent, et se demandent comment on pourra déterminer si une voiture a une plaque paire ou impaire (et peut donc circuler ou non) alors qu'on peut à peine voir les véhicules dans le brouillard.

La pollution de l'air dans les grandes villes chinoises est devenueun phénomène habituel. Des centaines de milliers de décès prématurés y seraient directement liés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.