La fille d'Alberto Fujimori est à 41 ans favorite du scrutin
La fille d'Alberto Fujimori est à 41 ans favorite du scrutin © Silvia Izquierdo/AP/SIPA

Les Péruviens décideront dimanche, au second tour de la présidentielle, s'ils donnent à nouveau les clef du pays à la famille Fujimori. Seize ans après la démission d'Alberto Fujimori, emprisonné pour crime contre l'humanité, sa fille Keiko est la favorite du scrutin.

Alberto Fujimori a été à la tête du pays entre 1990 et 2000. L'ex-chef de l'Etat purge toujours 25 ans de prison pour avoir commandité deux massacres perpétrés par un escadron de la mort en 1991-1992 dans le cadre de la lutte contre le Sentier lumineux.

Avoir un père en prison, cela n'a pas empêché Keiko Fujimori, 41 ans, d'être candidate à la présidentielle . La première fois en 2011, elle est largement battue après avoir revendiqué l'héritage de son père et avoir annoncé qu'elle le gracierait une fois élue. Deuxième tentative en 2016, Keiko Fujimori reconnait cette fois-ci les "erreurs" commises par son père, comme la stérilisation forcée pour contrôler les naissances. Elle s'engage "au respect de l'ordre démocratique et des droits de l'homme". Keiko Fujimori est cette fois la favorite du scrutin, mais de très peu, son avance à fondu ces derniers jours.

Dans ce pays qui compte la deuxième communauté japonaise la plus importante d'Amérique latine, le nom Fujimori est encore synonyme d'autorité et de bien-être économique dans une partie de l'électorat qui l'a placée largement en tête du premier tour, le 10 avril.

Son adversaire, Pedro Pablo Kuczynski, surnommé PPK, est un économiste libéral de 77 ans, ex-banquier de Wall Street. Il a également travaillé à la Banque mondiale. De père allemand qui a fui le nazisme et de mère franco-suisse, ce cousin du réalisateur Jean-Luc Godard est un vieux routard de la politique. Ancien ministre à la compétence reconnue n’est pas un très bon candidat et était lui aussi candidat à l'élection présidentielle en 2011. Sa femme américaine, Nancy, est la cousine de l'actrice Jessica Lange. Candidat de centre droit, il est favorable au libre marché mais veut baisser les impôts pour relancer l'économie et combiner investissements publics et privés afin de créer trois millions d'emplois.

Dans un pays adepte aux surprises électorales, Keiko Fujimori dispose de la majorité absolue à l’assemblée. Si elle ne l’emporte pas ce dimanche, son adversaire aura du mal à gouverner.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.