Le robot, en "veille" depuis qu'il s'est posé sur la comète Tchouri en novembre, devrait pouvoir recharger ses "batteries solaires" et émettre un signal ce jeudi.

La première photo prise de Tchouri par les appareils de Philae
La première photo prise de Tchouri par les appareils de Philae © Crédit: ESA/Rosetta/Philae/CIVA / Crédit: ESA/Rosetta/Philae/CIVA

Après 10 années de voyage à travers le Système solaire, le petit robot Philae transporté par la sonde Rosetta s'est posé sur la comète Tchouri le 12 novembre dernier. Un atterrissage historique . Malheureusement le robot s'est posé à l'ombre, et l'ensoleillement était insuffisant pour recharger ses batteries solaires.

Depuis début mars cependant, la comète se trouve plus près du soleil et reçoit davantage de lumière. Les scientifiques et ingénieurs de la mission vont donc tenter d'entrer en communication avec le robot en lui commandant des données, durant quatre heures par jour. L'expérience doit durer jusqu'au 20 mars.

"Nous allumons la réception de la radio de Rosetta sur le canal qu'utilise Philae. Sur une période de 8 jours (...) nous aurons 11 fenêtres où tout coïncidera particulièrement bien: la proximité de la comète et la situation géométrique " a précisé à l'AFP un porte-parole du Centre européen des opérations spatiales. Sur twitter, le chef du projet Rosetta au Centre nationale d'études spatiales (CNES), Philippe Gaudon, affiche son optimisme.

Mais le suspense reste entier carplusieurs conditions doivent être réunies pour réveiller le robot . Il faut notamment que la température atteigne moins 45 degrés dans le robot. Il est aussi possible que l'ombre sur ses panneaux solaires l'empêche de recharger ses batteries.

Les précisions de Stéphane Iglesis à Toulouse.

Les scientifiques espèrent un réveil complet de Philae au plus tard au mois d'août, période à laquelle la comète Tchouri se trouvera au plus près du Soleil.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.