Le docteur Philippe Klein a vécu la crise du Covid-19 à Wuhan de l'intérieur, en tant que médecin dans une clinique internationale. Alors qu'il s'apprête à rentrer en France, il explique comment, quelques jours après le début du confinement, il a conseillé à Emmanuel Macron de prendre des mesures plus strictes.

A Wuhan, le déconfinement progressif permet aux habitants de sortir à nouveau
A Wuhan, le déconfinement progressif permet aux habitants de sortir à nouveau © AFP / NOEL CELIS

FRANCE INTER : Vous avez eu le président Emmanuel Macron au téléphone, quelques jours après le début du confinement. Que vous a-t-il demandé ? 

PHILIPPE KLEIN : "Le président Macron m'a appelé après que j'ai eu une discussion avec la maire de Paris, Anne Hidalgo. J'ai expliqué ce qu'il se passait ici en Chine, ce qui s'était passé, puisque je me rendais compte que la situation en France à ce moment là, fin mars, était à l'identique de ce que nous avions vécu fin janvier à Wuhan, en Chine. Donc, je pensais que c'était extrêmement important que les Français sachent quelles avaient été la réaction et la méthode appliquées par les Chinois pour arriver à maîtriser cette épidémie en l'espace de deux mois, de façon à ce que les Français, sans perdre de temps, appliquent ces méthodes le plus rapidement possible et puissent se sortir de cette catastrophe le plus vite possible avec un minimum de morts et un minimum de conséquences économiques. 

Donc, après avoir discuté avec Anne Hidalgo, celle-ci a appelé immédiatement le président de la République. Il m'a appelé dans les minutes qui ont suivi et je lui ai expliqué, comme je l'ai fait avec la maire de Paris, ce qui s'était passé ici : quelles étaient les méthodes qui ont été utilisées par les Chinois à partir de la mi-février, non pas pour freiner l'épidémie, comme le disait le ministre de la Santé, mais pour arrêter l'épidémie. 

Depuis, malheureusement, il y a eu, je dirais, un "retard à l'allumage". Dans le sens où on ne m'a pas véritablement écouté, que le temps passe, et plus le temps passe, plus le nombre de cas positifs et de contacts augmente en France, et plus il sera difficile, bien entendu, d'appliquer des méthodes identiques à celles que les Chinois ont appliqué pour avoir le même résultat. En sachant que les Chinois sont des êtres humains, exactement comme les Français, qu'ils aiment leurs enfants, leurs grands-parents et qu'ils ont tout fait pour essayer de maîtriser dans un temps le plus court possible cette épidémie, de façon à ce qu'ils aient le moins de conséquences économiques et de morts possibles dans leur population". 

Est-ce que vous avez le sentiment que le président de la République vous a écouté ? 

"Le président de la République m'a écouté, j'ai beaucoup parlé, je lui ai fait part de mon expérience. Je lui ai dit qu'il fallait absolument rentrer en contact avec les autorités chinoises et les scientifiques chinois, qu'ils étaient prêts à ce moment-là à faire tout ce qui était en leur mesure pour pouvoir nous aider. Et qu'en tout cas, la Chine n'avait aucun intérêt à voir ses partenaires - l'Europe en l'occurrence - à genoux : la Chine, Wuhan, sort du confinement le 8 avril. L'outil industriel chinois va repartir, et la Chine n'avait à ce moment là aucun intérêt à voir ses partenaires à genoux. 

Bien sûr, nous avons des problématiques et je comprenais les problématiques du moment, mais je dis que nous avions eu les mêmes problématiques fin janvier en Chine, en l'occurrence le manque de masques, le manque de protections pour nos premières lignes, pour nos médecins, le manque de tests. Oui, les Chinois venaient de définir quel était le type de notre ennemi, son génome, et commençaient à fabriquer les tests. Nous avions eu deux mois pour étudier ce qui s'était passé en Asie, pour anticiper. Nous ne l'avons pas fait, peu importe ! Il faut s'adapter : on manque de masques, on achète des masques, on manque de tests, on achète des tests. Il faut monter en puissance et protéger nos personnels médicaux". 

Avez-vous conseillé au président de durcir les mesures face au Covid-19 ?

"Bien entendu ! Ma conviction, ce que j'ai vécu dans ma chair ici à Wuhan, c'est qu'à partir du 17 février, les Chinois de Wuhan qui avaient pris des mesures de quarantaine, qu'ils ont jugé finalement trop molles à ce moment-là, ont durci la méthode, ont appliqué un confinement plus strict. Un arrêt du brassage des populations, un arrêt du partage du virus entre les gens. Et puis, une caractérisation de tous les positifs et les contacts que l'on identifie, que l'on sort de la population. Et ainsi, on arrête l'épidémie. C'est ce que j'ai expliqué au Président en sous-entendant qu'il fallait tout faire pour appliquer en France une méthode identique, sinon nous allions perdre notre temps". 

Certains commencent à parler de déconfinement, vous dites que c'est beaucoup trop tôt…

"On ne peut pas parler de déconfinement tant que l'on n'a pas réussi le confinement. Si j'analyse a posteriori la situation chinoise, les Chinois ont fait un confinement extrêmement efficace sur une période courte, et un déconfinement progressif et contrôlé. C'est ça la bonne méthode : il faut faire un confinement avec une méthodologie, un confinement strict d'environ 15 à 20 jours où on va empêcher le brassage de la population, associé à l'identification de tous les positifs et les contacts. Et ensuite, un déconfinement progressif. 

À partir du moment où on maîtrise la situation, on peut permettre un retour progressif à un fonctionnement normal de l'économie, puis ensuite un retour dans l'espace public des individus qui sont sans danger pour les autres. Et enfin, une réouverture des écoles : les écoles, c'est toujours ce qu'on rouvre en dernier, parce que c'est ce qu'on doit fermer en premier". 

Qu'avez-vous conseillé au président Macron ?

"Dans cette méthodologie, où on a, au départ pendant 15 jours, un arrêt du brassage de population, il faut forcément qu'il y ait un arrêt des transports en commun. Le transport en commun, c'est un énorme vecteur de contamination. On doit arrêter les transports en commun. 

Le fond, c'est que pendant quinze jours, on doit tout arrêter. Mais le but, c'est de tout arrêter le moins longtemps possible pour pouvoir reprendre une activité économique le plus rapidement possible.

Et non pas d'avoir une technique molle prolongée dans le temps avec des résultats bâtards, et un déconfinement incontrôlable, avec des rebonds, qui font que les conséquences économiques se prolongent dans le temps". 

Ca veut dire qu'il ne vous a pas écouté…

"Ça veut dire que, pour l'instant, il n'y a pas de réponse pragmatique par rapport à ce que je lui ai expliqué. J'ai l'impression que pour l'instant, il y a un manque de méthode, qu'on n'a pas compris. Il y a une profonde méconnaissance de la Chine, des Chinois. On a des préjugés, alors que la Chine est un pays moderne, un pays qui aime la France et l'Europe, et on n'a donc pas tenu compte de ce qu'il se passait en Chine. On s'est dit que les Chinois prenaient le taureau par les cornes, comme pour le SRAS en 2003, qu'ils faisaient une quarantaine extraordinaire, et donc que ça n'arriverait pas chez nous parce que les Chinois allaient faire tout ce qu'il fallait. On n'a pas tenu compte et on n'a pas pensé que ça puisse arriver chez nous.

J'estime qu'en France, on perd notre temps. Plus le temps passe, moins on applique une méthode associée à notre confinement, plus il y aura de morts physiques et de morts sociales".

Quel est votre regard, en tant que médecin, sur les difficultés qu'ont les autorités françaises à fournir des masques à tous les Français, à tester massivement la population ?

"C'est pathétique, dans le sens où aujourd'hui on devrait penser à une méthode pour vaincre l'épidémie, et on en est toujours à cette question du masque, de la protection de nos soignants. 

Je pense que, pour l'avoir vécu ici, ce n'est pas un handicap. Il faut simplement surmonter cette carence. Il faut trouver une solution pour monter en puissance très rapidement au niveau des masques, des tests, de l'outil informatique pour arriver à identifier où sont tous ces virus et tous ces contacts qu'on ne maîtrise absolument pas". 

Vous rentrez en France dans les prochains jours ?

"Il faut saisir les opportunités, il faut arriver à circuler dans le monde en fonction du virus. J'ai des amis qui ont été évacués de Wuhan, je leur ai conseillé de revenir rapidement avant que la Chine ne se ferme, ils l'ont fait. Moi je vais quitter la Chine maintenant que mon job a été fait, il faut que je rentre en France pour voir ma famille que je n'ai pas vue depuis plus de deux mois, mais il faut que je le fasse avant que l'Europe se ferme, puisqu'on parle de fermeture de l'espace Schengen. On doit trouver les bonnes solutions pour voir nos familles tout en maintenant notre activité professionnelle. 

J'ai vécu trois mois extraordinaires de combats, de sacrifices, de solidarité avec les Wuhanais. Et maintenant je m'inquiète pour ma famille, pour mon pays… Alors je vais courir derrière le virus, je vais rester avec lui pour rentrer dans mon pays, où il se trouve". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.