La colère gronde en Italie, où une nouvelle vague de restrictions anti-Covid se heurte à l'exaspération d'une partie de la population. Voici les images des principaux rassemblements.

Manifestation à Naples contre la fermeture des bars et restaurants à 18h
Manifestation à Naples contre la fermeture des bars et restaurants à 18h © Getty / KONTROLAB /

Le gouvernement italien a ordonné dimanche la fermeture des bars et restaurants à 18H00 ainsi que la fermeture totale des salles de sport, cinémas et piscines. Alors que les mesures de confinement avaient été bien acceptées lors de la première vague épidémique du printemps, les nouvelles mesures de restriction sont contestées, parfois avec violence.

À Milan, les forces de l'ordre se sont heurtées à des groupes de manifestants scandant "Liberté, Liberté".

Manifestation à Milan
Manifestation à Milan © Maxppp / Carolo Cozzoli

Dans la capitale de la Lombardie (nord), région enregistrant à nouveau le plus grand nombre de contaminations, des tramways ont été vandalisés, des poubelles incendiées, des deux-roues renversés et quelques vitrines caillassées, selon les images diffusées en direct par des médias italiens. Les forces de l'ordre répondaient aux jets de bouteilles en verre, de fumigènes et de cocktails Molotov par des tirs de lacrymogène.

À Turin, des incidents ont opposé la police aux manifestants qui protestaient contre le couvre-feu.

À Turin après la manifestation des commerçants du 26 octobre
À Turin après la manifestation des commerçants du 26 octobre © AFP / Marco BERTORELLO

Plusieurs magasins de luxe ont été saccagés dans le centre de la capitale piémontaise par des groupes de jeunes gens descendus dans les rues à la nuit tombée, en allumant des fusées de feux d'artifice.

Magasin saccagé à Turin
Magasin saccagé à Turin © AFP / .

Plusieurs manifestants ont été arrêtés selon la police de Turin.

La police anti-émeute déployée à Turin le 26 octobre 2020 lors d'une manifestation contre les décisions prises par le gouvernement italien pour luttre contre la pandémie de coronavirus
La police anti-émeute déployée à Turin le 26 octobre 2020 lors d'une manifestation contre les décisions prises par le gouvernement italien pour luttre contre la pandémie de coronavirus © AFP / .

Les manifestants protestaient notamment contre l'instauration d'un couvre-feu pour la région du Piémont.

Manifestation à Turin
Manifestation à Turin © AFP / .

À Naples, la  grande ville du sud, plusieurs milliers de personnes ont réclamé la démission du président de la région Campanie avant de se disperser.

 Un danseur du théâtre San Carlo simule un pas de danse devant les policiers à Naples
Un danseur du théâtre San Carlo simule un pas de danse devant les policiers à Naples © Getty / .

La Place du plébiscite était noire de monde et un important dispositif policier a été déployé.

Place du Plébiscite dans la centre de Naples
Place du Plébiscite dans la centre de Naples © Getty / Kontrolab

Des affrontements sporadiques ont eu lieu entre jeunes manifestants masqués et la police.

À Naples, les restaurateurs en colère
À Naples, les restaurateurs en colère © Getty / .

Le Premier ministre Giuseppe Conte doit présenter mardi des mesures de soutien aux secteurs d'activité et professions les plus touchés par les mesures de restriction. 

Mais certains n'y croient plus : dans la petite ville portuaire de Pesaro, non loin de San Marin (est), la police est intervenue dans un restaurant dont le propriétaire avait convié 90 personnes à dîner pour exprimer son refus de fermer à 18h. "Vous pouvez m'arrêter, je ne fermerai plus", a-t-il lancé.

Les autres pays européens sont sur la même trajectoire, comme la République tchèque, qui va imposer à partir de mercredi un couvre-feu de 21H00 à 5H, jusqu’au 3 novembre. "Nous n'assistons pas à la baisse que nous espérions ces derniers jours", a déclaré le ministre de la Santé Roman Prymula à la presse, ajoutant que les récentes restrictions avaient eu "un effet négligeable". Même tendance en Espagne, où la Catalogne a indiqué lundi réfléchir à un éventuel confinement de la population à domicile le week-end. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.