Pour célébrer Diwali, la fête des lumières, les habitants ont fait exploser des pétards et fait décoller des feux d’artifice pendant une partie de la nuit. La pollution en particules fines, déjà élevée ces derniers jours, a, elle aussi, explosé...

16h, à new delhi, ce 8 novembre. Le soleil est recouvert d’un nuage gris de pollution, engendré par les nombreux pétards de la nuit.
16h, à new delhi, ce 8 novembre. Le soleil est recouvert d’un nuage gris de pollution, engendré par les nombreux pétards de la nuit. © Radio France / Sébastien Farcis

La population divisée sur l'utilisation des pétards

Ce matin, les habitants de New Delhi se sont réveillés en respirant un air extrêmement toxique. Pendant une partie de la nuit, les habitants ont fait exploser des pétards et fait décoller des feux d’artifice pour célébrer Diwali, la fête des lumières. Dans la rue, la population est partagée sur l’utilisation de ces pétards. 

"Des fusées, des chandelles et des bombes. J’ai utilisé plein de pétards bruyants !". Manish Sharma, la vingtaine, a les yeux qui brillent en se souvenant de la série de pétards qu’il a fait exploser hier soir. La mauvaise conscience, lui, il ne connait pas :

"C’est important pour moi de faire exposer des pétards pour Diwali. C’est très marrant. Et ce n’est pas grave si cela crée de la pollution."

La pollution, pourtant, est bien visible : en plein après-midi, le soleil est encore caché derrière un nuage grisâtre. A se demander s’il s’est levé aujourd’hui. Le taux de concentration en particules fines a explosé les compteurs, plus de 999 microgrammes par mètres cube d'air pendant la nuit, avant de retomber. L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 25 mg/m3 d'air en moyenne journalière. 

Kisar Kumar, un vendeur de rue, n’a pas voulu contribuer à cette pollution : "Hier soir, j’ai préparé un repas grandiose pour Diwali, mais pour la première fois, je n’ai pas utilisé de pétards. C’est trop mauvais pour l’environnement. et je suis content car aujourd’hui le ciel est moins noir que l’année dernière."

Sur les terrasses des immeubles, les restes des pétards utilisés par les particuliers pendant la nuit
Sur les terrasses des immeubles, les restes des pétards utilisés par les particuliers pendant la nuit © Radio France / Sébastien Farcis

Les autorités prennent leurs dispositions

Si la pollution ne baisse pas, les autorités pourraient imposer la circulation alternée. New delhi compte environ 10 millions de véhicules, qui contribuent à 1/4 de cette pollution.

Plus de 300 personnes ont été interpellées dans la capitale indienne pour ne pas avoir respecté mercredi soir les directives de la Cour suprême sur les pétards, décidées au nom de la lutte contre la pollution de l'air, ont annoncé les forces de l'ordre locales au lendemain de la fête des lumières.  "Nous avons arrêté 310 personnes pour avoir violé les ordres de la Cour et possession de pétards interdits", a déclaré à l'AFP Amit Mittal, porte-parole de la police de Delhi. La plupart des suspects ont été relâchés sous caution.  Pour tenter de limiter la dégradation de la qualité de l'air attendue, la haute instance judiciaire n'avait autorisé la vente à Delhi que de pétards considérés comme "propres". Elle avait par ailleurs limité l'usage de pétards à la période de 20h à 22h mercredi à travers tout le pays.

En prévention de cette fête, les autorités ont suspendu tous les chantiers de construction de la ville, jusqu’au 10 novembre.
En prévention de cette fête, les autorités ont suspendu tous les chantiers de construction de la ville, jusqu’au 10 novembre. © Radio France / Sébastien Farcis

Pour écouter le reportage de Sébastien Farcis

1 min

Pétards et pollution en Inde pour la fête de Diwali

Par Sébastien Farcis
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.