[scald=26085:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Transparence International France et Sherpa ont annoncé mardi le dépôt d'une plainte contre le président syrien Bachar al Assad à propos de son patrimoine en France.

Les organisations non gouvernementales sont déjà à l'origine de plaintes visant les avoirs en France des anciens dirigeants tunisien et égyptien Zine ben Ali et Hosni Moubarak, ainsi que du Libyen Mouammar Kadhafi.

La plainte visant Bachar al Assad et ses proches sera déposée devant le procureur de la République de Paris, précisent-elles dans un communiqué.

"L'objectif est d'obtenir l'ouverture d'une enquête qui permettrait d'identifier les avoirs qu'ils pourraient posséder en France, soit en leur nom propre soit par l'intermédiaire de prête-noms et, le cas échéant, d'ordonner leur gel afin d'éviter qu'ils ne soient délocalisés vers des juridictions non coopératives", écrivent les ONG.

Parallèlement, les deux associations appellent les autorités françaises à "une plus grande visibilité sur la manière dont la France s'acquitte de ses obligations internationales" concernant le gel des avoirs des anciens dirigeants tunisien et égyptien ainsi que ceux de Mouammar Kadhafi.

Elles leur demandent ainsi de rendre publiques les informations dont elles disposent, afin de "faciliter les actions de restitution engagées au bénéfice des institutions et des mouvements démocratiques du printemps arabe."

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.