Les trois naufrages ont contraint les Européens à réagir
Les trois naufrages ont contraint les Européens à réagir © Reuters / Ciro Luca

C'est l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) qui confirme ce naufrage, la semaine dernière en Méditerranée. Jusqu'à 500 personnes auraient péri, soit la catastrophe la plus meurtrière depuis le naufrage d'un chalutier en avril 2015, qui avait fait 800 morts.

Le gouvernement somalien avait déclaré lundi que 200 Somaliens, voire davantage, avaient sans doute péri dans la tragédie, au large de l'Égypte, alors qu'ils tentaient de passer clandestinement en Europe. Mais selon le HCR, le bilan serait beaucoup plus lourd.

Des centaines de migrants dans un navire bondé

Après avoir parlé à des rescapés, il en arrive à la conclusion que le bilan se rapprocherait plutôt des 500 morts au total. Les rescapés (37 hommes, trois femmes et un enfant de trois ans) ont été recueillis par un navire marchand et acheminés le 16 avril vers la Grèce.

Ils ont raconté qu'ils faisaient partie d'un groupe de 100 à 200 migrants partis de Libye la semaine dernière à destination de l'Italie. Après plusieurs heures de navigation, les passeurs ont tenté de les faire monter à bord d'un plus gros navire , qui était déjà bondé de réfugiés.

Ce navire-là a sombré avant même que les rescapés puissent monter à son bord. Ils ont alors dérivé en mer pendant deux à trois jours avant d'être secourus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.