Pablo Iglesias, le secrétaire général de Podemos durant un meeting à Valence
Pablo Iglesias, le secrétaire général de Podemos durant un meeting à Valence © REUTERS/Heino Kalis

Le parti organise samedi la "Marche du changement". Podemos entend remplir la Puerta del Sol, la place au centre de Madrid où est né le mouvement des indignés, de manifestants venus de toute l'Espagne, en bus, en train ou en voiture.

Porté par la victoire de son allié Syriza en Grèce, Podemos, parti formé il y a un an à peine, démarre l'année électorale en fanfare avec la manifestation samedi à Madrid. Une marche censée annoncer le changement vers "une politique au service du peuple et non des intérêts privés", selon Iñigo Errejon, le numéro deux du parti.

Malgré un redémarrage de l'économie, le chômage frappe encore plus de 23% de la population active et la plupart des Espagnols vit plus mal qu'avant la crise. C'est la première fois que Podemos, passé maître dans l'usage des nouveaux medias, prend l'initiative d'organiser une grande manifestation de rue.

Une démonstration de force pour lancer une année qui sera rythmée par de nombreuses élections, dont les législatives à l’automne prochain. À Madrid, les explications de Mathieu de Taillac

En quelques mois, le parti a reussi à dépasser largement le PSOE, dans les sondages, et même parfois les conservateurs du Parti populaire au pouvoir. Podemos se présentera aux élections régionales et espère remporter les législatives de la fin de l'année.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.