L'ex directeur du FBI James Comey, limogé en 2017, s'en est pris au président américain Donald Trump. Un chef de l'État qui n'a rien d'un "déficient mental" mais qui n'est "pas capable" d'incarner "le respect" et "les valeurs" des États-Unis.

James Comey, l'ancien directeur du FBI, limogé par Donald Trump en 2017
James Comey, l'ancien directeur du FBI, limogé par Donald Trump en 2017 © AFP / Brendan Smialowski

L'ex-patron du FBI, dont le renvoi avait provoqué une tempête politique à Washington, est revenu au centre de l'actualité américaine depuis la publication, la semaine passée, d'extraits de ses mémoires à paraître mardi.  Dans A Higher Loyalty, Truth, Lies and Leadership (Mensonges et vérités : une loyauté à toute épreuve dans sa version française), James Comey compare notamment le président américain à un chef de clan mafieux.

Sur ABC dimanche soir, l'ancien directeur du FBI est allé plus loin. N'accordant "aucun crédit à la thèse selon laquelle [Donald Trump] serait mentalement incompétent ou aux premiers stade de la démence", James Comey affirme au contraire que le président des États-Unis possède une intelligence "supérieure à la moyenne". Non, pour lui, le problème est tout autre, il s'agit d'une question morale : "Je pense qu'il est moralement inapte à être président."

"Une personne qui voit des équivalences morales à Charlottesville, qui parle des femmes et les traite comme si elles étaient un morceau de viande, qui ment constamment sur des sujets majeurs ou mineurs et affirme que le peuple américain le croit, cette personne-là n'est pas apte, sur des bases morales, à être président des États-Unis. Et ce n'est pas une déclaration politique."

En réaction, Donald Trump s'est une nouvelle fois déchaîné sur Twitter. Il a notamment qualifié James Comey de PIRE (en majuscules dans le texte) directeur du FBI.

Vendredi déjà, au lendemain de la publication des premiers extraits du livre, Donald Trumpl s'en était violemment pris à lui, le qualifiant d'"ordure" et de "menteur".  Le compte Twitter du président est resté inerte pendant la diffusion de l'interview, mais la présidente du Comité national du Parti républicain a déclaré que la prestation de l'ancien patron du FBI montrait une fois de plus que Comey n'est "loyal qu'à lui-même".  "Il n'a aucune crédibilité et le président Trump a eu raison de donner suite aux appels bipartisans réclamant sa démission", a-t-elle ajouté dans un communiqué.  L'ex-patron du FBI a reçu en revanche le soutien de l'actuel président républicain de la Chambre des représentants Paul Ryan, qui a annoncé la semaine passée qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat lors des élections de mi-mandat, en novembre.  Prié de dire sur NBC si Comey était à son avis un homme intègre, Ryan a répondu: "Pour autant que je sache", tout en précisant qu'il ne le connaissait pas bien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.