Manuel Valls, conseiller municipal à Barcelone, est un adversaire résolu des indépendantistes catalans. Il le dit avec des mots durs au micro de France Inter alors que des milliers de marcheurs indépendantistes, partis de cinq villes de province, convergent vers Barcelone pour une manifestation géante ce vendredi.

Manuel Valls lors d'un discours à Barcelone, le 5 octobre
Manuel Valls lors d'un discours à Barcelone, le 5 octobre © Maxppp / Marta Pérez / EPA

L'ex-Premier ministre français, aujourd'hui conseiller municipal à Barcelone, Manuel Valls, durcit son discours contre les indépendantistes. Au micro de France Inter, à Barcelone, il fait l'amalgame entre la Catalogne, les États-Unis et le Royaume-Uni. "L'indépendantisme c'est un national populisme, on entend des slogans, mélange de racisme, de petitesse, de vision très étroite. Ce qui se passe avec le Brexit, avec Trump, c'est ça aujourd’hui le mouvement indépendantiste. Ils sont dans une impasse", déclare-t-il.

Une marche des libertés et une grève massive et générale a lieu ce vendredi à Barcelone pour l'indépendance de la Catalogne. "Je veux être utile comme je l'ai été, en empêchant que Barcelone tombe dans les mains des Indépendantistes, explique Manuel Valls . Et on verra quand il y aura des élections en Catalogne, comment nous pouvons être utiles pour réunir dans une maison commune tout le constitutionnalisme". 

Le nationalisme c’est la haine des autres, alors que le patriotisme, c’est l’amour des siens.

La veille, Quim Torra, le "président de la Généralité de Catalogne", a proposé un nouveau vote sur l'indépendance. Ce qui n'est pas du goût de Manuel Valls qui a demandé sa démission.

"Il y a une crise identitaire. En France on croit que dès qu’il y a des gens dans la rue, un mouvement indépendantiste, c’est du progressisme… Non ! Par exemple, une partie de la gauche ne devrait pas être avec les indépendantistes. C’est du nationalisme. Et le nationalisme, Mitterrand l’avait très bien dit il y a quelques années au Parlement européen, c’est la guerre. Le nationalisme c’est la haine des autres alors que le patriotisme, c’est l’amour des siens. Donc, il y a des erreurs qui sont commises. Mais une partie du mouvement indépendantiste - regardez les écrits du président de la Généralité (gouvernement catalan) - ce sont des écrits racistes ! En France, il serait poursuivi.", affirme Manuel Valls.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.