Depuis le début de la pandémie du Covid-19, le nom de Bill Gates circule sur les réseaux sociaux. Tantôt il est accusé d’avoir créé le virus, tantôt on le soupçonne de vouloir vacciner la planète entière. Dans les faits, le milliardaire alerte depuis des années sur le risque de pandémie.

Avec la crise du Covid 19, Bill Gates est devenu la cible de critiques (photo d'illustration)
Avec la crise du Covid 19, Bill Gates est devenu la cible de critiques (photo d'illustration) © AFP / Ludovic MARIN

Depuis trois mois, le nom de Bill Gates se retrouve lié à la pandémie de Covid-19 qui traverse la planète. Les publications où il apparaît se comptent en centaines de milliers sur Facebook, les "likes" en millions. On peut ajouter également de nombreuses vidéos qui prennent la forme de magazines angoissants dans lesquels le fondateur de Microsoft est accusé de vouloir répandre sur le monde toutes sortes de plaies fantasmées, plus ou moins réalistes.

Certains lui reprochent d'avoir répandu le virus pour ensuite vendre des vaccins. D'autres le suspectent de tout faire pour dépeupler la terre. D'autres encore l'imaginent à la tête d'une conspiration dont le but serait "d'implanter des puces électroniques à la population".

Et les attaques viennent de toutes sortes de complotistes. On trouve des anti-vaccins, des anti-mondialisation, des soutiens du président américain (qui lui reprochent des critiques envers Donald Trump) ou encore des responsables politiques africains, qui voient en lui la main de l'Occident.

A Berlin (Allemagne) manifestation anti-confinement et anti-vaccin organisée en mai 2020 par des complotistes et visant Bill Gates : "ne donnez aucune chance à Gates. Ne payez pas l'addition"
A Berlin (Allemagne) manifestation anti-confinement et anti-vaccin organisée en mai 2020 par des complotistes et visant Bill Gates : "ne donnez aucune chance à Gates. Ne payez pas l'addition" © AFP / Tobias Schwartz

Bill Gates, le milliardaire devenu philanthrope

Depuis de nombreuses années maintenant, lorsque Bill Gates prend la parole, il le fait non plus en tant que milliardaire et créateur de Microsoft, mais en tant que président de la fondation qui porte son nom et celui de sa femme, la Fondation Bill et Melinda Gates. Créée dans les années 2000, cette fondation a pour but de réduire la pauvreté sur la planète, mais aussi et surtout d'améliorer les soins et la santé des personnes les plus défavorisées. Elle s'est aussi engagée dans de nombreux programmes de vaccinations, notamment pour les enfants. Mais elle se bat également contre le SIDA, contre la tuberculose, le paludisme. Elle participe encore activement au financement de l'OMS, l'Organisation Mondiale pour la Santé.

Une conférence devenue virale

Pour comprendre comment le nom de Bill Gates s'est retrouvé associé à la pandémie de Covid-19, il faut remonter dans le temps. Tout a commencé, il y a cinq ans, lors d'une conférence internationale dans laquelle le milliardaire est intervenu. À l'époque, il s'agissait notamment de parler du virus Ebola qui sévissait en Afrique. Lors de son intervention, Bill Gates a invité les États à s'investir d'avantage dans le secteur de la santé, mais il a surtout, comme par prémonition, évoqué le risque que notre monde soit confronté dans les années à venir à une grande pandémie. Il a ainsi expliqué que "si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes sur Terre dans les prochaines décennies, il est fort probable que cela soit un virus contagieux, plutôt qu'une guerre".

Ce sont ces propos qui aujourd'hui servent les complotistes pour affirmer que la pandémie de Covid-19 n'est pas le fruit du hasard mais fait bien partie d'un plan machiavélique dont Bill Gates serait l'initiateur.

Bill Gates, un bouc émissaire idéal

Il faut dire que Bill Gates est le symbole de la mondialisation et celui de l'industrie pharmaceutique réunis. C'est "Big Brother avec Big Pharma", explique Laurent-Henri Vignaud, auteur du livre "Antivax", qui raconte l'histoire de la résistance aux vaccins.

Pour l'historien, "certains reprochent à Bill Gates d'investir une partie de sa fortune dans ses fondations mais aussi dans des entreprises de vaccination dans lesquelles il aurait des intérêts, y compris dans des pays du tiers monde. L'idée est que ces vaccinations seraient ainsi imposées depuis l'étranger, sans que les personnes concernées n'aient leur mot à dire."

Et Laurent-Henri Vignaud de préciser : "Il est évident que le fait que la politique vaccinale s'incarne dans un personnage comme Bill Gates, qui est un grand magnat de l'industrie américaine, cela suscite toutes sortes de résistances, notamment à l'intérieur des pays qui sont habitués à voir l'Américain comme un conquérant, comme un dominant, comme c'est le cas par exemple en Afrique."

Antivax, la résistance aux vaccins
Antivax, la résistance aux vaccins / Laurent Henri Vignaud

En attentant, Bill Gates et sa fondation poursuivent leur chemin   

L'implication de la fondation Bill et Mélinda Gates dans la quête d'un vaccin contre le Covid-19 reste en tout cas intacte. Elle a prévu de verser 1,6 milliard de dollars pour la recherche. Cette somme viendra alimenter le fond créé par le GAVI, sommet virtuel de l'alliance pour le vaccin, organisé à l'initiative du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. C'est plus que la participation américaine, qui est de 1,16 milliard, ou celle de la France qui a promis elle, de verser 500 millions d'euros (et 100 millions supplémentaires quand un vaccin sera disponible).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.