Moscou avait déjà annoncé le boycott de fruits et légumes turcs après la destruction du Soukhoï-24
Moscou avait déjà annoncé le boycott de fruits et légumes turcs après la destruction du Soukhoï-24 © MaxPPP

Vladimir Poutine, évoquant un crime de guerre, a promis jeudi que la Turquie regretterait "plus d'une fois" d'avoir abattu un chasseur-bombardier russe près de la frontière syrienne le 24 novembre.

Le président russe a réitéré ses menaces de représailles à l’endroit de la Turquie lors de son discours annuel devant les deux chambres du Parlement. Evoquant un "crime de guerre", Vladimir Poutine a ainsi promis que la Turquie regretterait "plus d'une fois" d'avoir abattu un chasseur-bombardier russe près de la frontière syrienne le 24 novembre.

Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique turque au pouvoir en la privant de sagesse et de discernement

"Nous n'avons pas l'intention, a averti l’homme fort du Kremlin, de nous lancer dans une surenchère (avec la Turquie), mais, que personne ne pense pouvoir s'en tirer avec quelques mesures concernant les tomates, des restrictions dans la construction et dans d'autres secteurs après avoir commis un tel crime de guerre." "Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique turque au pouvoir en la privant de sagesse et de discernement", a poursuivi le chef de l'Etat, après avoir demandé une minute de silence à la mémoire des deux militaires tués au cours de l'incident.

Suspension des négociations sur le projet de gazoduc Turk Stream

Quelques minutes plus tard, son ministre de l'Energie Alexandre Novak a annoncé la suspension des négociations sur le projet de gazoduc Turk Stream. Moscou avait déjà annoncé le boycott de fruits et légumes turcs dans le cadre des sanctions imposées après la destruction du Soukhoï-24. Vladimir Poutine, qui a de nouveau plaidé pour la constitution d'une vaste coalition antiterroriste, a en outre invité les puissances occidentales à ne pas faire "deux poids deux mesures" et à ne pas utiliser les organisations terroristes à leurs propres fins, comme le fait selon lui la Turquie.

Poutine accuse les Turcs de dissimuler un trafic de pétrole

La veille, le ministère russe de la Défense avait affirmé détenir la preuve de l'implication du président turc Recep Tayyip Erdogan et de sa famille dans des transactions financières avec l'organisation Etat islamique, ce qu'il a fermement démenti. Lundi, Vladimir Poutine lui-même avait affirmé que la destruction de l'avion russe avait pour but de dissimuler le trafic de pétrole entre la Turquie et les zones tenues par l'organisation Etat islamique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.