lors de la bénédiction "urbi et orbi", le pape lance un appel à la paix
lors de la bénédiction "urbi et orbi", le pape lance un appel à la paix © reuters

Le pape François, qui a célèbré pour la première fois Noël en tant que chef de l'église catholique romaine, a appelé mercredi au dialogue afin de mettre fin aux conflits en cours au Soudan du Sud, en Syrie ou encore en Centrafrique, expliquant que la paix était pour chacun un engagement de chaque jour.

Lors de la traditionnelle bénédiction "urbi et orbi" (à la ville et au monde) donnée depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre devant plusieurs dizaines de milliers de personnes, il a également plaidé en faveur de la protection de l'environnement face à "la convoitise et l'avidité des hommes".

Anaïs Feuga a assisté à la cérémonie, une cérémonie sobre et sans surprise

Il a aussi lancé un appel en faveur des réfugiés, des déplacés et des migrants "en quête d'une vie digne", appelant les chrétiens à prier pour que ces derniers "trouvent accueil et aide". Son allocution a cependant été consacrée pour l'essentiel à un plaidoyer en faveur d'une paix "véritable" qui, selon lui, "n'est pas un équilibre entre des forces contraires", mais "un, engagement de tous les jours".

François a inclu dans son appel les athées et les agnostiques, auxquels son prédécesseur Benoît XVI ne s'était pas adressé aussi explicitement. "J'invite même les non-croyants à désirer la paix", a dit le pape, s'éloignant du texte officiel diffusé avant la bénédiction. "(Rejoignez-nous) avec votre désir, un désir qui agrandit le coeur. Unissons-nous tous, soit par la prière soit par le désir, mais tous, pour la paix."

Outre la Syrie et la République centrafricaine, "souvent oubliée des hommes", le chef de l'Eglise catholique a évoqué la situation en Irak, au Soudan du Sud et au Nigeria, trois pays où des tensions entre communautés et confessions ont fait des milliers de morts ces derniers mois.

Une originalité cette année, le Pape s'est présenté comme l'évêque de Rome et a adressé ses voeux seulement en italien. Antoine-Marie Izoard est spécialiste du Vatican. Il analyse la première célébration du pape François.

Il n'a pas souhaité adressé ses voeux au monde en une soixantaine de langues comme Jean-Paul II et Benoît XVI.

Devant 10 000 personnes rassemblées dans la basilique Saint-Pierre, il avait prononcé une courte homélie sur le thème du choix nécessaire entre l'ombre et la lumière. Le premier pape non-européen depuis treize siècles présidera le 31 décembre une cérémonie "en remerciement de l'année écoulée" avant de célébrer le lendemain une messe de Nouvel An, qui marque pour l'Église la Journée mondiale de la Paix. Enfin, le 6 janvier aura lieu une messe à l'occasion de l'Épiphanie, qui célèbre l'incarnation du Seigneur dans le monde par la visite et l'hommage des rois mages à l'enfant Jésus.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.