Fawzia al-Harbi, candidate aux élections municipales, montre sa biographie sur sa page de campagne
Fawzia al-Harbi, candidate aux élections municipales, montre sa biographie sur sa page de campagne © Reuters

La campagne pour les premières élections ouvertes aux électrices comme aux candidates en Arabie saoudite s’est terminée jeudi, mais les perspectives de voir des femmes élues ce samedi sont très minces.

Ce scrutin est considéré comme un petit pas en avant vers l'égalité des sexes en Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur, l’un des derniers au monde à refuser aux femmes le droit de vote. Pour la première fois ce samedi, les élections sont ouvertes aux électrices comme aux candidates.

Les femmes peuvent se présenter mais ne peuvent pas conduire

L’avancée est toutefois très relative : les Saoudiennes restent soumises à de nombreuses restrictions, comme l'interdiction de conduire, qui pourrait d'ailleurs empêcher une partie des électrices de se rendre dans les bureaux de vote. Les Saoudiens ont déjà voté deux fois pour des municipales, en 2005 et 2011. C'est cette année-là, dans la foulée des Printemps arabes, que le roi Abdallah avait accordé aux Saoudiennes le droit de vote et d'éligibilité. Deux ans plus tard, il avait nommé pour la première fois des femmes au Majlis al-Choura, un conseil consultatif.

Dix fois moins de femmes que d’hommes inscrites sur les listes

Malgré ces avancées, seulement 130.600 femmes se sont inscrites sur les listes électorales pour le scrutin de samedi, soit environ dix fois moins que d'hommes, selon des chiffres officiels. A cet égard, plusieurs candidates ont été disqualifiées tandis que d'autres se sont retirées sous la pression, notamment de responsables musulmans locaux. Pour les hommes, le défi est de faire connaissance avec les candidates, et leur programme, car elles n'ont pu s'exprimer ou tenir meeting devant un public masculin.

Seuls les 2/3 des membres des conseils municipaux sont élus

Pour un diplomate occidental, "ce serait une énorme surprise" si une candidate était élue samedi. Mais il s'attend à ce que des femmes soient nommées dans les conseils municipaux, dont seuls les deux tiers des membres sont élus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.