Première visite de Medvedev en Crimée
Première visite de Medvedev en Crimée © Reuters

La Russie a l'intention de créer une zone économique spéciale en Crimée, en proposant des déductions fiscales et en limitant les formalités administratives afin d'y attirer les investisseurs, a déclaré lundi le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev.

Celui-ci est arrivé lundi matin à Simféropol, où il effectue la visite de plus haut rang d'un responsable russe depuis l'annexion de la presqu'île, officialisée le 21 mars.

Lors du conseil des ministres qui s'est tenu ce lundi matin en Crimée, le chef du gouvernement a déclaré :

Notre objectif est de rendre la péninsule aussi attrayante que possible aux investisseurs, afin qu'elle puisse dégager suffisamment de revenus pour son propre développement.

Sergueï Lavrov à Paris pour rencontrer Laurent Fabius

La république autonome de Crimée, à l'issue d'un référendum tenu le 16 mars sur son territoire, a été rattachée à la Fédération de Russie. Elle faisait partie auparavant de l'Ukraine, Nikita Khrouchtchev, lui-même ukrainien, en ayant fait don à cette république de l'URSS En 1954.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les Tatars craignent le nouveau pouvoir russe

La prise de contrôle de la Crimée par les troupes russes, juste après la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch intervenue le 22 février, a provoqué la plus grosse crise dans les relations entre l'Occident et la Russie depuis la guerre froide.

Dmitri Medvedev est arrivé à Simféropol quelques heures après les entretiens qu'ont eus dimanche soir à Paris le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Les autorités de Kiev accusent la Russie de vouloir appliquer en Ukraine un système que Poutine n'accepterait jamais dans son propre pays. Les explications de Bertrand Gallicher.

John Kerry a réaffirmé à cette occasion que Washington jugeait toujours "illégales et illégitimes" les mesures prises par Moscou en Crimée. Ce lundi, c'est au tout du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius de s'entretenir avec Sergueï Lavrov.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.