L'une de ces deux femmes sera probablement présidente du Brésil lundi
L'une de ces deux femmes sera probablement présidente du Brésil lundi © Reuters / Ricardo Moraes

Les Brésiliens votent ce dimanche pour le scrutin présidentiel le plus serré depuis des décennies.

La sortante Dilma Rousseff, bénéficie d'un bon bilan socio-économique et d'un taux de chômage historiquement bas. Elle demeure donc la favorite malgré la popularité de l'écologiste Marina Silva. Le retour du centriste Aecio Neves, qui a l'appui des milieux d'affaires, a créé la surprise puisque dans les sondages, il passe devant l'écologiste.

Les deux adversaires de Dilma Rousseff sont au coude à coude

Un second tour devrait se dérouler le 26 octobre selon toute vraisemblance. La campagne a été pleine de rebondissements. Notamment ces semaines ont été marquées par le décès d'un candidat, l'émergence inattendue d'un autre et un dernier retournement de tendance qui profite à la présidente actuelle. "C'est vraiment trop serré pour faire un pronostic. Indécision et frustration favorisent les candidats de l'opposition, mais il n'y a pas vraiment de crise pour justifier une alternance", explique le politologue Rafael Cortez.

D'après les sondages, les deux adversaires de Dilma Rousseff sont au coude à coude. Tous deux ont promis de renouer avec les pratiques favorables aux marchés financiers que selon ses détracteurs la présidente aurait négligé. Ils promettent aussi d'accorder plus d'autonomie au secteur public dans lequel les scandales de corruption se sont multipliés.

Un scrutin obligatoire et totalement informatisé

La présidente actuelle bénéficie d'une base électorale solide dans une classe populaire privilégiée par son prédécesseur Luiz Inacio "Lula" da Silva, mentor de Rousseff. La présidente est à nouveau en tête dans les sondages grâce à une campagne agressive qui lui a permis de ravir le statut de favorite à Marina Silva. Le sénateur Neves, ancien gouverneur de l'Etat de Minas Gerais, est lui aussi passé devant la candidate écologiste, qui a quitté le Parti des travailleurs pour adhérer au Parti socialiste brésilien (PSB). Les Brésiliens sont appelés à voter cinq fois. Ce dimanche cent quarante millions d'inscrits sont attendus dans les 450.000 bureaux de vote. Les électeurs devront désigner les gouverneurs de 27 Etats, élire 513 députés et renouveler un tiers du Sénat. Le scrutin est obligatoire et totalement informatisé.

Reportage d'Anne Vigna :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.