L'ultra populaire ancien chef d'État ne restera pas libre et ne pourra pas être candidat pour la présidentielle brésilienne, après le rejet de l'Habeas corpus, un dispositif qui lui aurait permis de rester libre le temps d'épuiser tous les recours, après sa condamnation pour corruption.

Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, l'ancien président brésilien.
Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, l'ancien président brésilien. © AFP / EVARISTO SA

L'ex-président brésilien Lula, mythe vivant de la gauche, pourrait se retrouver prochainement derrière les barreaux après le rejet jeudi par la Cour suprême d'une demande d'Habeas corpus pour lui éviter la prison avant l'épuisement de tous les recours possibles.

Une décision loin d'être unanime : la demande a été rejetée par six voix contre cinq, à l'issue de débats qui se sont étendus 11 heures durant, à six mois d'une élection présidentielle pour laquelle il était donné favori. 

12 ans et un mois de prison

Bien que très serré, ce résultat est une victoire éclatante pour les procureurs de l'opération "Lavage-Express", enquête tentaculaire qui a mis au jour un gigantesque scandale de corruption impliquant des hommes politiques de tous bords.

Ancien ouvrier metallo parvenu au sommet de l'État, Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, est l'une des personnalités politiques les plus charismatiques de ce début de siècle en Amérique Latine. Il pourrait être incarcéré dans les prochains jours. 

L'icône de gauche devra purger une peine de 12 ans et un mois de prison pour avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de bâtiment en échange de faveurs dans l'obtention de marchés publics. L'ex-président (2003-2010) nie farouchement l'accusation, invoquant l'absence de preuves et dénonçant un complot visant à l'empêcher de briguer un troisième mandat, huit ans après avoir quitté le pouvoir avec un taux de popularité record.

L'Habeas corpus aurait permis à Lula de rester libre le temps d'épuiser tous les recours

"Toute décision judiciaire est importante, mais certaines ont une plus grande répercussion que d'autres", avait déclaré la présidente de la plus haute juridiction du Brésil, Carmen Lucia, au début de cette audience très attendue. C'est elle qui a prononcé l'ultime vote qui a entériné le rejet de la demande de Lula, quand le résultat partiel était de cinq voix partout. 

Mais le coup fatal a été porté par la juge Rosa Weber, dont le vote était annoncé comme celui qui ferait pencher la balance, sa position étant présentée comme la plus indécise. Quatrième à voter, elle s'est finalement prononcée contre l'Habeas corpus, après avoir maintenu le suspense pendant près d'une heure avec un argumentaire très technique. 

Une décision de la Cour suprême datant de 2016 stipule que toute peine de prison peut commencer à être purgée dès la condamnation en seconde instance, ce qui est le cas pour Lula, dont le premier recours a été rejeté par une cour d'appel fin janvier. 

Mais un jugement favorable en ce qui concerne la demande d'Habeas corpus aurait pu changer la donne et faire jurisprudence, permettant en théorie à tous les condamnés de rester en liberté jusqu'à l'épuisement de tous les recours.   

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.