Le site de rencontres adultères Ashley Madison
Le site de rencontres adultères Ashley Madison © Capture d'écran

Les pirates informatiques qui se font appeler "The Impact Team" ont tenu leur promesse et ont livré jeudi un second fichier de données issues du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison, provoquant jusqu'à la réaction du Pentagone.

Deux jours après la publication de 32 millions d'adresses email et de comptes d'utilisateurs, la seconde "livraison" compte à priori des données et des informations internes de l'entreprise. Un grand nombre d'entre elles renvoient notamment à des responsables de l'administration américaine, des militaires américains, des fonctionnaires britanniques de même qu'à des cadres exécutifs de grandes entreprises d'Amérique du Nord et d'Europe.

Le ministre de la défense américain Ashton Carter s'est fendu d'un communiqué pour annoncer que ses services vérifient si des membres de l'armée avaient utilisé le site, l'adultère pouvant mener à des poursuites dans cette administration.

Hypocrisie

Josh Duggar, "star de la téléréalité" et célèbre pour sa fervente défense des valeurs familiales, a dû reconnaitre publiquement jeudi avoir utilisé les services d'Ashley Madison : "J'ai été le plus gros hypocrite de la Terre. Tout en adhérant à ma foi et aux valeurs familiales, j'ai trompé ma femme".

Les explications de Charlotte Alix à New-York

L'ampleur du piratage a conduit le FBI à ouvrir une enquête

"Life is short. Have an affair" ("La vie est courte. Prenez un amant")

Les pirates menaçaient, depuis le mois de juillet dernier, de diffuser les identités, profils, photos déshabillées, numéros de cartes de crédit et "fantasmes sexuels secrets" de 37 millions d'abonnés si le site Ashley Madison, appartenant à la société canadienne Avid Life Media, n'était pas fermé. Pour prouver leur crédibilité ils avaient même fait fuiter "quelques échantillons de leurs informations volées".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.