Pour améliorer son image en France, le Qatar multiplie les gestes de bonne volonté. La semaine dernière l'ambassadeur de l'émirat à Paris, Mohamed Kuwari, était au Guilvinec dans le Finistère pour remettre en chèque de 3000 euros à la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM).

Il s'agissait de financer l'achat d'un nouveau canot semi-rigide. Or, le prix de l'embarcation était de 6000 euros ! D'où l'étonnement d'un des canotiers présent lors de la cérémonie et cité dans Ouest-France : "ce n'est même pas le prix des lacets de David Beckham!"

Quoi qu'ils fassent, les Qatariens sont prix au piège de leur non-communication depuis leur offensive dans l'hexagone : au mieux, ils sont accusés de radinerie, au pire de racheter la France ! Un communiquant me disait récemment que "le seul vecteur de communication qu'ils leur restaient, c'était l'humanitaire. Et encore, s'ils faisaient un gros chèque aux restos du coeur, on les accuseraient encore de charité intéressée."

En tout cas, le Qatar continue de vouloir convaincre les parlementaires français de sa bonne foi. Une quarantaine d'entre eux viennent de recevoir une invitation pour se rendre dans l'émirat du 20 au 22 mai prochain à l'occasion du Forum de Doha. On ne sait pas pour le moment combien de députés vont répondre à l'appel des Qatariens.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.