Plusieurs personnalités politiques américaines envisagent d'invoquer le 25e Amendement de la Constitution américaine au Congrès pour demander la démission immédiate de Donald Trump. Cet Amendement prévoit que pour raison médicale, le Président en exercice doit être remplacé par le vice-Président.

Donald Trump est-il en état de gouverner ?
Donald Trump est-il en état de gouverner ? © AFP / SAUL LOEB

Après la nuit de chaos à Washington, où les pro-Trump ont envahi le Capitole, des voix s'élèvent pour réclamer le départ immédiat de Donald Trump, qui a de son côté finalement concédé qu'il y aurait une passation du pouvoir "ordonnée" le 20 janvier. Ils invoquent le 25e Amendement de la Constitution. Ce serait en réalité la manière la plus rapide de démettre Donald Trump de ses fonctions s'il refusait à nouveau sa défaite. La section 4 de cet Amendement prévoit :

"Si le vice-président et une majorité des principaux fonctionnaires des départements exécutifs font parvenir au président du Sénat et au président de la Chambre des représentants une déclaration écrite les avisant que le président est dans l'incapacité d'exercer les pouvoirs et de remplir les devoirs de sa charge, le vice-Président assumera immédiatement ces fonctions en qualité de président par intérim."

Cette section 4 a été ajoutée à la Constitution après l'assassinat de John Kennedy.

La Présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi elle-même a appelé jeudi soir (début d'après-midi à Washington) au recours au 25 e Amendement.

"Si Mike Pence ne le fait pas, les démocrates de la Chambre procéderont à une procédure d'impeachment" a-t-elle déclaré :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Plus tôt dans la journée, des médias avaient déjà relayé plusieurs appels d'élus à invoquer le 25e Amendement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Selon le Washington Post, CNN, le New York Times et The Hill, des membres du cabinet de Donald Trump se sont justement réunis dans la nuit de mercredi à jeudi pour évoquer la possibilité de faire appel au 25e Amendement. De hauts fonctionnaires échangeraient depuis des appels et des messages envisageant une telle possibilité.

Le hashtag #25thAmendmentNow est très partagé sur Twitter ("le 25e Amendement maintenant!"). Des élus réclament également le recours au 25e Amendement. Le dernier en date est le représentant républicain d'Illinois Adam Kinzinger, qui a posté son appel ce jeudi matin (après-midi en France) :

"C'est le cœur lourd que j'appelle, pour sauver notre Démocratie, à invoquer le 25 e Amendement"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Auparavant, d'autres élus (démocrates) avaient lancé le même appel :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour que le 25e Amendement soit utilisé, il faut que le vice-président y ait recours

Mike Pence lâche Donald Trump

Le vice-président Mike Pence, qui a toujours suivi et soutenu Donald Trump, a pris mercredi  ses distances. Il s'en est tenu aux textes de la Constitution lors de la session du Congrès. C'est en effet lui qui, avec la présidente de la Chambre des représentants, présidait la session extraordinaire au Congrès. Et Mike Pence n'a pas exécuté les ordres de Donald Trump. Il a en effet validé l'élection de Joe Biden et Kamala Harris. Par ailleurs, sept sénateurs ayant prévu de s'opposer à l'élection du ticket démocrate ont finalement changé d'avis à la reprise des débats au Congrès après l'insurrection des militants pro-Trump. 

Des collaborateurs démissionnent

Un membre de l'administration Trump a déclaré au Washington Post que Donald Trump avait agi comme "un vrai monstre". 

Ces collaborateurs craindraient que Trump reste président, même pour les quelques jours précédant l'investiture de Joe Biden le 20 janvier, et souffle de nouveau sur les braises, entraînant de nouvelles violences voire de nouveaux morts.

Pendant ce temps, trois collaborateurs de la Maison Blanche, le conseiller à la sécurité nationale Robert C. O’Brien, son adjoint Matthew Pottinger et l'adjoint au secrétaire général de la Maison Blanche  Chris Liddell envisagent de démissionner.

Leur possible départ pourrait entraîner des démissions en cascade.

Robert C.O'Brien a tweeté :

"Je viens de parler avec le Vice-Président Pence. C'est un homme bien et honnête. Il a fait preuve de courage aujourd'hui (...)Je suis fier de travailler à ses cotés"

Deux collaboratrices de Melania Trump, elles,  ont bel et bien démissionné mercredi soir, pour marquer leur désaccord avec les événements, tout comme l'attachée de presse adjointe de la Maison Blanche Sarah Matthews. 

De son coté, la nièce de Donald Trump, qui a publié un livre très critique envers son oncle, affirmant notamment qu'il a une maladie mentale, a tweeté : "Hey le New York Times et le Washington Post, vous comptez appeler à son impeachment ou sa démission maintenant ? "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Washington Post a justement  suggéré le 25e Amendement par le biais d'une tribune intitulée : "Trump a causé l'attaque sur le Capitole. Il doit être retiré du pouvoir"

Donald Trump, enfermé à la Maison Blanche, aurait refusé à maintes reprises d'appeler au calme, malgré les injonctions de son proche entourage. Pour finalement poster une déclaration en vidéo s'adressant aux manifestants : "Vous devez rentrer chez vous" leur a-t-il dit, ajoutant "Je vous aime (...). Je comprends votre douleur". Il a évoqué une nouvelle fois une élection "volée". Facebook a supprimé cette vidéo de ses contenus. Le compte Twitter de Donald Trump a été suspendu.