Construire pour durer : c’était l’une des forces de la candidature de Londres aux Jeux olympiques 2012. Pour une fois, les organisateurs ont imaginé l’après-JO.

Pour chaque euro dépensé, environ 75 centimes ont été investis sur le long terme.Le Parc olympique, poumon des Jeux en 2012, va ainsi devenir un immense parc public, le Queen Elizabeth Olympic Park, censé revitaliser les quartiers défavorisés de l’est londonien. Il ouvrira ses portes au printemps prochain. C’est l’un des plus grands chantiers de l’histoire que nous visitons ce matin.

Direction Stratford: Franck Mathevon vous offre une visite virtuelle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.