Rome a décidé lundi d'accorder la nationalité italienne au petit Alfie, 23 mois, hospitalisé dans un état semi-végétatif et dont la justice de son pays a refusé d'ordonner la poursuite des traitements. L'hôpital dépendant du Vatican s'engage à tenter de le soigner.

Tom Evans devant l'hôpital Alder Hey Children's de Liverpool, où son fils est hospitalisé
Tom Evans devant l'hôpital Alder Hey Children's de Liverpool, où son fils est hospitalisé © AFP / Paul ELLIS

Le petit Alfie a presque deux ans aujourd'hui et vit depuis l'âge de 6 mois sous assistance respiratoire. Il est hospitalisé dans un état semi végétatif, mais ses parents, Tom Evans et Kate James, ne se résignent pas à l'arrêt des traitements et viennent d'obtenir l'aide inédite de l'État Italien. 

"Les ministres des Affaires étrangères, Angelino Alfano, et de l'Intérieur, Marco Minniti, ont concédé la citoyenneté au petit Alfie. Le gouvernement italien espère que le fait qu'il soit Italien pourra permettre le transfert immédiat de l'enfant en Italie", a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'hôpital pédiatrique sous autorité du Vatican, l'hôpital de l'Enfant Jésus, propose d'accueillir le petit Alfie. 

Mobilisation globale de l'Église Romaine 

Tom Evans, le père d'Alfie, a été reçu par le Pape. Le chef de l'Église Catholique s'est publiquement prononcé pour le maintien en vie de l'enfant malade, mercredi dernier Place St Pierre.

Je voulais répéter et confirmer de manière forte que le seul maître de la vie, du début jusqu'à la fin naturelle, est Dieu. Et notre devoir est de tout faire pour protéger la vie.

Les parents de l'enfant espèrent que les médecins italiens apporteront un nouveau diagnostic. L'enfant souffre d'une maladie neurodégénérative rare et ne respire qu'artificiellement. 

L'Italie va à l'encontre des décisions de la justice britannique

La Haute Cour de justice britannique, la Cour d'appel et la Cour suprême ont statué en faveur de l'hôpital, qui refuse d'ordonner la poursuite des traitements sur l'enfant. La Cour Européenne des droits de l'homme avait elle aussi rejeté l'ultime requête des parents du petit Alfie. 

Ils ont néanmoins tenté lundi d'obtenir un nouveau délai pour que leur fils soit transféré à Rome, mais lors d'une audience lundi soir, le juge a refusé leur demande considérant qu'Alfie est un citoyen britannique, donc soumis aux décisions de justice britannique. 

Mais Tom Evans affirme quant à lui qu'il "n'abandonnera pas"

Mon fils appartient à l'Italie

Un père soutenu par quelque 200 manifestants. Rassemblés lundi devant l'hôpital où Alfie est hospitalisé, ils récitaient le "Notre père" et scandaient "sauvez Alfie Evans".  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.