Le vice-président américain a rendu une visite très symbolique à la zone démilitarisée entre les deux Corée

Pence met en garde Pyongyang par rappport à la détermination de Trump
Pence met en garde Pyongyang par rappport à la détermination de Trump © Reuters / Kim Hong-Ji

Le vice-président américain s'est rendu lundi sur la zone démilitarisée qui sert de frontière entre les deux Corée, comme pour narguer Kim Jong-Un. Puis Mike Pence, a recommandé à Pyongyang de ne pas tester la détermination de Donald Trump sur la question nucléaire.

La Corée du Nord ferait mieux de ne pas tester sa détermination, ou la puissance des forces armées des Etats-Unis dans cette région

Au cours d'une conférence de presse, ce lundi à Séoul, le le vice-président américain a rappelé la frappe américaine contre une base aérienne du régime syrien et le largage d'une méga-bombe contre des djihadistes en Afghanistan : "ces deux dernières semaines, le monde a été le témoin de la puissance et de la détermination de notre nouveau président lors d'opérations menées en Syrie et en Afghanistan".

Les États-Unis ont vraiment décidé ces dernières semaines de mettre la pression sur la Corée du Nord

Donald Trump qui a promis jeudi que le "problème" nord-coréen serait "traité", avait annoncé auparavant l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, puis évoqué une "armada" comprenant des sous-marins. Le président américain, qui a plusieurs fois affirmé qu'il ne laisserait pas la Corée du Nord mettre au point un missile intercontinental susceptible d'amener une charge nucléaire jusqu'aux États-Unis, s'est également dit prêt à régler seul la question nucléaire nord-coréenne si Pékin ne parvenait pas à faire rentrer son allié dans le rang.

Pyongyang répond aussi par des paroles et des actes

Le numéro deux du régime nord-coréen a répliqué samedi que son pays était prêt "à répondre à une guerre totale par une guerre totale" et "à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire de notre façon". Pyongyang justifie son programme nucléaire par la menace américaine.

Et la Corée du Nord a offert au monde un gigantesque défilé militaire à Pyongyang, samedi, où ont été exhibés une soixantaine de missiles et notamment ce qui semblait être un nouveau type de missile balistique intercontinental. Dès dimanche l'armée nord-coréenne s'est à nouveau livrée à un test de missile balistique, non concluant cette fois. De nombreux experts redoutent qu'un sixième essai nucléaire ne soit imminent.

28.500 soldats américains sont stationnées en Corée du Sud, mais surtout plus de 50 millions de Sud-Coréens vivent à quelques kilomètres de la frontière avec la Corée du Nord.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.