une du Sud Deutsche Zeitung
une du Sud Deutsche Zeitung © radio-france

Selon la presse Allemande, la chancellerie allemande était informée depuis 2008 de pratiques d'espionnage économique américaine visant des sociétés européennes. Les Allemands auraient même espionné pour le compte des Américains..

L'affaire est potentiellement embarrassante pour le gouvernement allemand qui s'est toujours posé en victime de l'espionnage pratiqué par ses alliés, notamment en 2013 lorsque les révélations d'Edward Snowden, ancien consultant de la NSA, révélait que l'agence avait mis en place un vaste système de surveillance des conversations téléphoniques et des communications via l'internet des Allemands, jusqu'au téléphone de la chancelière, pendant plusieurs années.

Les révélations s'accumulent

L'hebdomadaire Spiegel a affirmé jeudi que la NSA avait espionné des sociétés européennes pendant des années avec l'aide des renseignements allemands. La NSA aurait fourni au BND des adresses mail et des numéros de téléphones portable, qui auraient ainsi été espionnés par les Allemands pour le compte des Américains.

Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, les services de renseignement allemands ont carrément espionné des "hauts fonctionnaires" du ministère français des Affaires étrangères, du Palais de l'Elysée et de la Commission européenne, depuis la station d'écoutes bavaroise de Bad Aibling, pour le compte de la NSA américaine.

Selon Bild, qui cite une source de la commission d'enquête parlementaire, les Allemands auraient choisi de fermer les yeux pour ne pas compromettre la coopération avec la NSA, l'Agence de sécurité nationale américaine, essentielle notamment dans la lutte contre le terrorisme.

Les éventuels mensonges du gouvernement aux députés enflamment la presse

Le gouvernement est accusé par l'opposition d'avoir menti en déclarant le 14 avril, dans une réponse écrite au groupe parlementaire du parti de gauche radicale Die Linke, ne rien savoir d'un quelconque espionnage économique par la NSA.

Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maiziere, qui était à l'époque chef de la chancellerie et ne pouvait donc pas ignorer les activités du BND, a proposé de s'expliquer la semaine prochaine devant la commission d'enquête parlementaire allemande chargée de faire la lumière sur les pratiques de l'agence américaine.

"Qui dissimule quoi dans le scandale du BND ?", demande Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne, le journal écrit :

Dans le meilleur des cas, la chancellerie ne voulait pas savoir ce que la NSA fabriquait sur le sol allemand - en l'occurrence espionner nos amis en Europe.

La première plainte

Le groupe aéronautique européen Airbus a annoncé jeudi qu'il allait déposer plainte contre X pour espionnage et qu'il avait "demandé des informations" à Berlin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.