L'Egypte est le théâtre de violences politiques quasi quotidiennes depuis le renversement du président Morsi.
L'Egypte est le théâtre de violences politiques quasi quotidiennes depuis le renversement du président Morsi. © MaxPPP / MaxPPP

Un attentat à la voiture piégée visant la police a tué 14 personnes en Égypte, les autorités intérimaires dénonçant une tentative d'entraver la transition promise par l'armée dont la première étape est un référendum constitutionnel prévu mi-janvier.

Quatorze personnes ont été tuées et une centaine d'autres ont été blessées par une violente explosion dans un complexe des forces de sécurité de la ville de Mansoura, dans le delta du Nil, au nord du pays.

Entraver la transition à la veille du referendum constitutionnel ?

Le porte-parole du gouvernement intérimaire mis en place par l'armée, Chérif Chawki, a accusé les Frères musulmans du président déchu Mohamed Morsi d'être à l'origine de ce qu'il a présenté comme un attentat, en déclarant que le Premier ministre, Hazem el Beblaoui, avait placé la confrérie sur la liste des organisations terroristes. Il s’agirait, selon les autorités intérimaires, d’une tentative d'entraver la transition promise par l'armée lors de la destitution début juillet du président Morsi dont la première étape est un référendum constitutionnel prévu mi-janvier.

Les Frères musulmans condamnent l’attaque

Hazem el Beblaoui s'est par la suite montré moins catégorique en déclarant que l'enquête suivait son cours. Les Frères musulmans ont de leur côté condamné l'attaque et présenté leurs condoléances aux familles des victimes. Il pourrait s'agir d'un attentat à la voiture piégée visant le quartier général de la police, sans pour autant que les autorités puissent confirmer qu’il s’agisse l'oeuvre d'un kamikaze.

Violences quotidiennes en Egypte

L'Egypte est le théâtre de violences politiques quasi quotidiennes depuis le renversement du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée le 3 juillet. En septembre, le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a lui-même réchappé à un attentat à la voiture piégée qui visait son convoi près de son domicile cairote. Les autorités et les médias officiels accusent les Frères musulmans d'être derrière cette vague de violence, ce que ces derniers démentent

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.