Depuis vendredi une fuite sur un pipeline sous-marin reliant une plate-forme exploitée dans le golfe du Mexique par la société pétrolière Pemex a provoqué un incendie à la surface de l'océan. Cette société est classée parmi les plus polluantes.

L'impressionnant incendie sur l'océan après une fuite de gaz sur une plate-forme pétrolière
L'impressionnant incendie sur l'océan après une fuite de gaz sur une plate-forme pétrolière © capture Twitter Manuel Lopez San Martin

L'incendie à l'ouest de la péninsule du Yucatan a éclaté au niveau d'un pipeline sous-marin qui se connecte à une plate-forme exploitée par la société pétrolière d'État mexicaine Petroleos Mexicanos (Pemex) sur son site phare de  Ku Maloob Zaap dans le sud du golfe du Mexique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La société nationale a attribué l'incendie, qui ressemblait à de la lave en fusion sur l'eau, à une rupture de gazoduc provoquée à la suite d'un orage électrique et de fortes pluies.

Des flammes orange vif ressemblant à de la lave en fusion ont été surnommées "œil de feu" sur les réseaux sociaux en raison de la forme circulaire de l'incendie. L'incendie a été maitrisé en cinq heures, selon la direction de la société publique mexicaine. Des navires ont du verser des trombes d'eau sur l'océan en feu. Pemex aurait aussi utilisé de l'azote pour maîtriser l'incendie du pipeline.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il n'y aurait pas de victimes humaines et l'étendue des dommages environnementaux n'est pas encore connue. Angel Carrizales, chef du régulateur mexicain de la sécurité pétrolière ASEA, a précisé sur Twitter que l'incident "n'a occasionné aucun déversement"  – mais n'a pas expliqué ce qui brûlait sur l'eau. 

Le site de Ku Maloob Zaap est le plus grand producteur de pétrole brut de Pemex et représente plus de 40 % de sa production totale quotidienne de 1,7 million de barils de brut. Sa production a diminué au fil du temps et  Pemex ne dispose plus des moyens pour investir dans de nouvelles technologies d'extraction. 

2019 : plus de 100 morts à Tlahuelilpan

L'histoire de Pemex est émaillée de catastrophes aux lourds bilans humains et environnementaux. En 2019 le Guardian l'a classée parmi les 20entreprises les plus polluantes au monde en termes d'émission carbone. Pemex serait l'entreprise la plus polluante d'Amérique latine, selon le centre d'étude Business & Human Rights contribuant à 1,67 % des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde.

Plusieurs scandales ou catastrophes ont émaillé son histoire. 

L'explosion de l'oléoduc de Tlahuelilpan (Mexique) en janvier 2019 a fait plus de 100 morts.  L'explosion a eu lieu plusieurs heures après que la compagnie se soit rendue compte d'une fuite, mais elle avait demandé à l'armée sur place de ne pas intervenir alors que des habitants étaient venus siphonner du carburant. 

2020 : une affaire de corruption révélée par un ex-dirigeant

Un procès anticorruption sans précédent s'est ouvert fin juillet 2020 au Mexique. Au cœur du scandale, se trouvait Emilio Lozoya, l'ex-dirigeant de la compagnie pétrolière publique Pemex, qui a reconnu être impliqué dans une vaste affaire de corruption avec le géant brésilien du bâtiment Odebrecht.  

Inculpé, mais jugé sous le statut de "témoin collaborateur" du parquet, Emilio Lozoya, à l'audience, a accusé les ex-présidents Enrique Peña Nieto (2012-2018), Felipe Calderon (2006-2012), Carlos Salinas (1988-1994), et d'autres hauts responsables, d'avoir touché des pots-de-vin de la société brésilienne Odebrecht.  

1984 : 500 morts lors de la tragédie de San Juanico - la catastrophe de GPL la plus grave de l'histoire

Le 19 novembre 1984, l'une des plus grandes catastrophes de l'histoire industrielle s'est produite dans la région de Mexico, dans le grand centre de stockage et de distribution de GPL (gaz de pétrole liquide) à San Juan Ixhuatepec, à 20 km au nord de Mexico. L'accident avait provoqué la mort d'entre 500 et 600 personnes et fait environ 2 000 blessés.

Une fuite s'est produite dans les installations de la Pemex State Oil Company, comprenant notamment des réservoirs de stockage de 11 000 m3 d'un mélange de propane et de butane. Un nuage de vapeur s'est formé et a été lentement déplacé, poussé par le vent vers une torchère de centrale. À son contact, le nuage de vapeur s'est enflammé. Cela a provoqué un incendie puis une dizaine d'explosions des réservoirs de stockage. Le gaz  est entré dans les maisons voisines. Les ondes de choc des explosions ont non seulement détruit un certain nombre de maisons, mais ont également déplacé plusieurs réservoirs cylindriques de leurs supports, amplifiant la catastrophe sur plus d'un kilomètre.