Ni Obama ni Cameron n'ont livré les noms des otages
Ni Obama ni Cameron n'ont livré les noms des otages © maxppp

Après le meurtre de Alan Henning, la question se pose du sort réservé aux otages qui sont toujours entre les mains des terroristes de EL.

Dans sa dernière vidéo montrant l'assassinat du britannique Alan Henning, l'organisation "Etat Islamique" menace un autre otage, l'américain Peter Kassig, 26 ans. Il s'agit d'un ancien militaire reconverti dans l'humanitaire et enlevé en Syrie vraisemblablement en octobre 2013.

Un scénario macabre qui se répète

Le scénario macabre se répète donc depuis la première décapitation, celle du journaliste américain James Foley en août, et cela n'est malheureusement pas près de s'arrêter. Une vingtaine d'occidentaux est encore aux mains de l'Etat Islamique. Ils sont essentiellement américains et Britanniques. Leurs identités n'ont pas été rendues publiques par Washington et Londres. Sont-ils condamnés à mourir ?

Louis Caprioli, un ancien responsable de la DST, aujourd'hui conseiller spécial chez Geos, un groupe de sécurité privée, tente de répondre à cette question au micro de Géraldine Hallot. Et selon lui, les seules armes de l'organisation Etat islamique, ce sont les otages et les attentats là où les états occidentaux et leurs alliés ont des intérêts :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.